Collections Aristophil : Manuscrits, reliures et correspondances des XIXe et XXe S.

Christine Barros - 14.11.2018

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Collections Aristophil Ventes - manuscrits correspondances reliures - auction bibliophily bindings


#CollectionsAristophil - Cette nouvelle vacation, sous le marteau de David Nordmann, met en avant des objets de bibliophilie autres que les manuscrits ou premières éditions, bien sûr présents : cette vente célèbre aussi l’art de la reliure (occasion d’observer la créativité et le savoir faire des grands relieurs français et européens du XXe s. ) mais aussi lettres, correspondances, carnets de notes ou de dessins qui témoignent encore différemment des auteurs et de leurs œuvres.



 

Flaubert a 17 ans quand il se lance dans la rédaction de sa première œuvre littéraire à proprement parler : en 1838, il offre à son plus proche ami d’alors, Alfred Le Poittevin, le manuscrit brut de Les mémoires d’un fou (la première édition imprimée portera le titre sans l’article de manière erronée) ; récit initiatique, fortement autobiographique, considéré comme la « matrice » de L’éducation sentimentale, on y peut lire déjà tout ce qui fera le génie flaubertien. 

L’extraordinaire manuscrit complet, accompagné d’un cahier de notes de l’œuvre de Gide qui fut parmi les plus emblématiques, Les Caves du Vatican, témoigne de la mise au point complète du texte avant de l’envoyer à la dactylographie, après laquelle les dernières corrections seront ajoutées.


 

  

René Char - Salvador Dali - Artine - 1930 - Editions surréalistes Jose Corti - Est. 80 000-100 000 €

Marc Chagall - Jacques Lassaigne - Le plafond de l'opéra de Paris - 1965 - Est. 15 000-20 000 €

 

Attardons nous un instant sur l’exemplaire d’Artine que cette vacation propose : il s’agit de l’un des deux seuls exemplaires (l’autre ayant appartenu à José Corti lui-même) de l’édition originale de ce poème sur japon ancien. Outre la rareté de l’édition, la valeur de ce volume est rehaussée par la présence, comme sur trente autres exemplaires seulement, d’une gravure d’après un dessin de Salvador Dali. Et c’est l’exemplaire même de Salvador Dali, dédicacé par René Char, que nous avons sous les yeux. 

 

Parmi les œuvres les plus singulières ou remarquables, ce texte de Huysmans, Sac au dos, jamais commercialisé puisque destiné à l'auteur lui-même et à ses amis, le volume de La condition humaine de Malraux, dédicacé à Louis-Ferdinand Céline, témoignant de sa sympathie artistique, ou encore l'exemplaire ayant appartenu à Malraux, commanditaire de l'œuvre, du Plafond de l'Opéra de Paris, retraçant le genèse complète de cette œuvre monumentale avec la dédicace de Chagall (qui y a joint un grand dessin original)
 

Spectaculaires reliures contemporaines 
 
La vente de ce jour est aussi l'occasion d'admirer les œuvres à part entière que peuvent être les reliures d'art. C'est ainsi que les plus grands noms de cet artisanat, en particulier français, ont donné écrin aux textes, parfois les symbolisant, tout en étant le reflet parfait de l'esthétique de leur époque. 

En 1903,  Huysmans publie À rebours ; cette édition exceptionnelle, rehaussée de 220 gravures sur bois, fut reliée par Pierre Legrain, dans une mosaïque de maroquin, de laque noire, de nacre et de coquilles d’œufs… Le relieur dira : « À mon avis, une reliure n’a pas en elle-même de signification, le plat d’un livre n’est qu’un frontispice qui en résume l’âme et nous prépare à sa lecture par le choix d’une nuance ou d’un signe » ; cette couverture évoque en effet immédiatement le goût pour le luxe et la sophistication du héros Des Esseintes. Et l'on est saisis lorsqu'on pose les yeux sur le plat de la reliure du titre de Roland Dorgelès, Les croix de bois, réalisée par le relieur, qui signe aussi le costume des Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs.
 

<

>

 

Georges Leroux occupe une place prédominante dans le panthéon des relieurs : travaillant autour du mouvement surréaliste et des livres illustrés de contemporains, il a marqué durablement la profession en repoussant les limites de l’ornementation. Preuve en est les deux somptueuses reliures présentées, l'une datant de 1966, composée de cuir, papier journal, toile de lin, papier bois et papier liège autour du Ne coupez pas mademoiselle ... de Max Jacob illustré par Juan Grís, l'autre des Calligrammes d'Apollinaire enrichie de lithograhies de De Chirico, réalisée en 1988.

Enrichi d’une aquarelle originale de Dufy en frontispice, c'est une spectaculaire reliure figurant une tête de lion (« De toutes, la plus classique, donc la plus pure » dira d'elle son relieur Paul Bonet) qui orne cette édition du Tartarin de Tarascon de Daudet. Pierre Lucien Martin quant à lui réalisa trois des reliures remarquables de cette vente : en 1954, Capitale de la douleur d'Eluard, exemplaire ayant appartenu à André Breton, ainsi que, en 1962, cette spectaculaire mosaïque de cuir reliant le premier livre illustré de 39 bois originaux de Dufy, Le Bestiaire ou cortège d’Orphée d'Apollinaire. Ou encore celle, hypnotique, de La motocyclette, d'André Pierre de Mandiargues, réalisée en 1966.

C'est Daniel-Henri Mercher qui réalisa en 1973 cette reliure composée de cuir, de demi-œufs en plexiglas peints à l’acrylique et de bandes de papier photographique pour cet ensemble composé d'un texte sur De Chirico et des Fragments littéraires signés du peintre lui-même. 

L'on terminera cet aperçu de l'histoire de la reliure moderne, voire contemporaine, par cette extraordinaire reliure de l'édition originale de Nadja, d'André Breton, signée par Jean de Gonet en 2001. 
 
Correspondances, notes et carnets d'écrivains
 

C'est un très beau florilège de lettres manuscrites, de billets autographes, de pièces épistolaires signées des plus grands noms de la littérature qui sera présentée ce jour : on y lit le quotidien des artistes, leurs démêlées administratives ou foncières, leurs admirations, leurs amours...
 

Juliette appelait Victor « Toto », ou selon les jours « mon Victor », « mon doux bien aimé », le saviez vous? C’est ainsi que l’on découvre dans la correspondance de Juiette Drouet et Victor Hugo cet amour qui durera toute une vie ; ou encore que Gustave s’épanche auprès de Louise sur la vie parisienne, sur Musset, la littérature ou encore cette Bovary qui l'« assomme », alors que Flaubert est en effet en pleine rédaction.

 

  

Gustave Flaubert - Lettre à Louise Colet - 1852 - Est. 10 000-15 000 €
Antonin Artaud - Lettre au Dr La Tremoliere - 1943 - Est. 2 000-2 500 €

 

C’est aussi sur les intimités partagées que nous avons droit de jeter un œil, que ce soit une lettre de Gide à Cocteau l’encourageant dans sa poésie, lui qu’il trouve «  prodigieusement, périlleusement bien doué », les soucis relationnels avec leurs éditeurs (les « Grasset sont des pignoufs » se plaint Jean Giono auprès de Cocteau), la fervente admiration que les uns portent aux autres (ainsi Lamartine faisant part à Hugo de son admiratif « enthousiasme » après la lecture des Misérables, ou Pierre Louÿs reprochant à Colette de ne pas lui avoir envoyé son exemplaire des Dialogues de bêtes). Ou cette inoubliable imprécation d’Antonin Artaud à son médecin, où pêle-mêle se retrouvent considérations religieuses et détails scatologiques, et par laquelle il lui demande instamment que lui soient octroyées morphine, héroïne et cocaïne pour alléger ses tourments. 


Chaque lien renvoie à la fiche catalogue de la vente, vous y trouverez détails, précisions, photographies et estimations, ainsi que l'ensemble des pièces présentées lors de cette vacation, sous l'expertise de Thierry Bodin et d'Eric Busser.

Exposition publique : du 12 au 14 novembre, de 11h à 18h, le 15 novembre de 11h à 12h, à Drouot.
Vente : Drouot-Richelieu, salles 1 & 7, le jeudi 15 novembre à 14h.
Maison Ader-Nordmann, David Nordmann, commissaire-priseur.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.