Collections Aristophil : Théâtre, chanson et cinéma de Prévert à Cocteau

Christine Barros - 12.11.2018

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Collections Aristophil Ventes - manuscrits scénarios chansons - cinema theatre auction


#CollectionsAristophil - Cinéma, musique, théâtre : autant d’arts qui passent eux aussi en laissant une trace écrite, et communiquant entre eux. La vacation du 16 novembre, sous le marteau d’Alexandre Giquello pour Drouot Estimations, présente un ensemble quelque peu incroyable de manuscrits de théâtre, de scénarios, de pièces de théâtre et de films, de textes de chansons devenues mythiques.
 

En partenariat avec les OVA


De Sarah Bernhardt à Jacques Prévert, d’Hitchcock à Pagnol, de Queneau à Cocteau, jusqu’à Brel, Vian et Gainsbourg, des manuscrits associés à des émotions autres que celle de la lecture ? Vous souvenez-vous du moment où vous avez entendu Les feuilles mortes ou Amsterdam pour la première fois ?
 



Accordons à Jacques Prévert le statut de figure phare de cette vacation ; c’est en effet à ses multiples facettes de créateur que la vente de ce jour propose de faire honneur. Poésie, chansons, décors, scénarios, l’artiste protéiforme a laissé d’extraordinaires manuscrits sur lesquels il vaut la peine de se pencher.
 

<

>


 


Dans ce scénario manuscrit du film Quai des Brumes (lui-même adaptation d’un roman de Pierre Mac Orlan), duquel la publication et le scénario se sont au final quelque peu éloignés, Michèle Morgan ne se devait pas d’avoir de beaux yeux, mais plutôt de belles jambes… On y trouvera aussi ou encore plusieurs planches préparatoires aux scénarios de différents films, ou encore le manuscrit des Feuilles mortes, lui aussi fort différent de la version finale, reflets parfaits de la fantaisie, de la mélancolie et de la méticulosité du poète.

 

Il est logique de mentionner, toujours à propos des manuscrits originaux de chansons, le cahier manuscrit de Jacques Brel dans lequel l’on voit naître Amsterdam ou Jacky, ou celui de Ces Gens-là. Et bien sûr celui que Serge Gainsbourg écrivit en une nuit pour BB, le mythique et sulfureux Je t’aime moi non plus de 1967.
 

Jacques Brel - cahier manuscrit - Amsterdam - Les Timides - Jacky - 1964 - Est. 40 000 - 50 000 €

Serge Gainsbourg - Manuscrit - Je t’aime moi non plus - 1967 - Est. 15 000 - 20 000 €


 

Passons aux planches, qui ont elle-même suscité bien des adaptations sur grand écran. Sous l’oeil d’aigle de Sarah Bernhardt, dont la vacation propose des documents lettres, photographies, dessins, programmes, contrats provenant des archives de Victor Ullmann, administrateur du Théâtre Sarah Bernhardt.

 

Sarah Bernhardt - Ensemble de documents, photos, contrats, lettres, dessins - Est. 30 000 - 40 000 €

 

 

De Pagnol on retiendra le manuscrit et le tapuscrit corrigé de César, avec de nombreux passages et scènes inédits. Contrairement aux autres adaptations de Pagnol, celui-ci écrivit d’abord le scénario et réalisa le film avant que de l’adapter au théâtre.
 

Marcel Pagnol - Manuscrit et tapuscrit corrigé de César - Vers 1936 - Est. 40 000 - 50 000 €

Jean Cocteau - Les parents terribles - Manuscrit autographe complet - 1938 - Est. 40 000 - 50 000 €

 


Émouvant que de voir dans le manuscrit des Parents Terribles de Cocteau combien un titre peut évoluer : la pièce devait porter celui de La Roulotte. Mais on y décèle aussi le contrôle de l'auteur, qui va jusqu’à fournir le plan de la dramaturgie de ce qui constitue sans doute son chef d’oeuvre.

 

Quelques pièces exceptionnelles du 7e art sont aussi présentées lors de cette vacation : scénarios, storyboards, avec des pièces quelque peu saisissantes.
 

On raconte que lorsqu’il filmait une scène, il ne regardait jamais par l’oeil de la caméra, tant il était maître de l’image. On en voit ici une autre preuve irréfutable : vers 1949, Alfred Hitchcock se lance dans le storyboard de Stage Fright (Le grand alibi) . Saisissant de précision, avec une indéniable force dynamique dans le trait, le découpage dessiné du film y est retracé dans ses moindres détails. 
 

Alfred Hitchcock - Storyboard manuscrit Stage Fright - 1949 - Est. 50 000 - 60 000 €

Orson Welles - Décors du film Le Procès - 1962 - Est. 20 000 - 30 000 €

 


Tout aussi impressionnants, les projets notes et croquis pour les décors du film Le Procès qu’Orson Welles adapta de Kafka en 1962. Il créa des décors futuristes aménageant l‘espace pour filmer comme il l’entend.
 

Et l’intelligence sidérante de Brigitte Bardot, qui écrit « Que pourrais-je ajouter? L'accent me semble mis sur tout ce qui importe. » sur une note à propos du scénario du Mépris, de Godard, œuvre qui révolutionnera le cinéma. 
 


Jean-Luc Godard - Le Mépris - manuscrit et notes - 1963 - Est. 50 000 - 60 000 €

 


Chaque lien renvoie à la fiche catalogue de la vente, vous y trouverez détails, précisions, photographies et estimations, ainsi que l'ensemble des pièces présentées lors de cette vacation, sous l'expertise de Claude Oterelo.
 

Exposition publique : du 12 au 13 novembre, de 11h à 18h, salles 1 & 7, le 16 novembre de 11h à 12h, salle 1, à Drouot.

Vente : Drouot-Richelieu, salle 1, le vendredi 16 novembre à 14h.

Maison Drouot Estimations,  Alexandre Giquello, commissaire-priseur.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.