Colloque Goldorak : "Le ciel garde encore la trace du Prince Actarus"

Victor De Sepausy - 09.11.2015

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Goldorak anime - colloque - prince Actarus


« Accours vers nous, prince de l’espace Viens vite, viens nous aider Viens défendre notre terre Elle est en danger... » Ah, la légende d’Actarus, seigneur défenseur de la planète attaquée par des hordes d’aliens toutes issues d’un imaginaire sous acide périmé... Ces 18 et 19 mars 2016 se déroulera à l’université Sorbonne Nouvelle (Paris 3 - Salle Claude Simon, Maison de la Recherche) un colloque sur le personnage de Goldorak.

 

 

 

Goldorak fit ses premiers pas sur petit écran en juillet 1978 : cet anime, japonais, était réalisé par Toei Animation, inspiré de UFA Robo Grendizer, le manga de Go Nagai. Succès fulgurant, au point de faire la Une de Paris Match en janvier de l’année suivante. Et comme il se doit, Goldorak devient alors le bouc émissaire de toute une partie de la société française, prompte à dégainer de la « japoniaiserie », et fustiger les envolées spatiales du célèbre robot. Mieux, en 1981, Liliane Lurçat alertait l’Hexagone de la funeste influence sur les jeunes générations, avec cette enquête : À cinq ans, seul avec Goldorak

 

Autant l’auteure de l’étude est désormais oubliée, autant Goldorak, lui, vit encore dans le coeur des fans. L’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle) et la GRIC (Université du Havre) ont choisi, alors que l’on approche du 40e anniversaire de la première diffusion de « porter un nouveau regard sur cette fiction sérielle ». 

 

« Nous souhaitons considérer cet anime comme une œuvre qu’il convient d’analyser non seulement d’un point de vue sociologique et médiatique, mais aussi d’un point de vue esthétique, narratologique et idéologique », expliquent les organisateurs. 

 

Fin 2014, il a ainsi été au centre d’une exposition à la galerie Sakura, qui a réuni photographes, graphistes, plasticiens et sculpteurs français et étrangers. Le “formidable robot” est sans cesse réapproprié et, pour ainsi dire, “métamorphosé” pour être transmis à une autre génération de spectateurs. Le coffret DVD remasterisé est sorti en France en 2014 et un manga en reboot intitulé Grendizer Giga, a été écrit et illustré par Go Nagai en 2015 à l’occasion des quarante ans du manga original. Goldorak est devenu une icône culturelle qui suscite passion et nostalgie - un objet qu’il convient d’éclairer par des approches universitaires croisées.

 

Le programme, encore provisoire, est proposé à cette adresse. Et bien entendu, on va prendre très vite de la hauteur : Goldorak, créature marchant dans les pas de Godzilla, ou expression du traumatisme nucléaire et environnemental. 

 

Manifestement, les forces de Vega n’ont pas souhaité intervenir dans le cadre de ces deux journées. Actarus, Prince d’Euphor, a pour sa part décliné l’invitation, préférant se consacrer définitivement à ses activités au centre équestre qu’il a monté.