Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

"Conserver les relations humaines" entre Russes et Ukrainiens

Louis Mallié - 25.04.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - Poutine - Ludmila Oulitskaïa - Ukraine


Hier, un vaste rassemblement organisé par l'ex-magnat russe et ennemi numéro un du Kremlin Mikhaïl Khodorkovski et l'ex-ministre ukrainien Iouri Loutsenko réunissait au Palais du sport de Kiev les opposants à l'action de Poutine en Ukraine. L'écrivain russe Ludmila Oulitskaïa, critique de longue date de Poutine a dit regretter ne faire partie que d‘une « minorité visible ».

 

Vadaro, CC BY-SA 3.0

 

 

À l'heure où l'Union des écrivains russes encourage Vladimir Poutine à faire la guerre, de telles déclarations raisonnent comme une dissonance dans l'intelligentsia russe. « La dégradation des relations entre l'Ukraine et la Russie est pour nous inacceptable et tragique et nous allons faire tout notre possible pour préserver les relations humaines », a déclaré la romancière. « Nous sommes ici parce que nous n'aimons pas ce qui se passe en Ukraine, mais malheureusement notre peuple soutient notre gouvernement et nous sommes une minorité visible ».

 

En effet, depuis le rattachement de Crimée, la cote de popularité de Poutine a atteint des sommets, renforçant le sentiment anti-russe des Ukrainiens : selon un sondage récent, 8 russes sur 10 approuveraient la politique de Vadimir Poutine en Ukraine… Aussi l'auteur a-t -elle estimé que c'est désormais « le bon sens et les efforts des gens raisonnables qui peuvent changer la situation ». 

 

Autant de propos qui ne devraient pas améliorer la popularité de l'auteure auprès du président russe, alors même que le gouvernement médite une éventuelle loi pour interdire toute démarche russophobes (antigouvernement serait plus juste).

 

Lors du Congrès contre l'annexion de la Crimée, Ludmila Oulitskaïa avait déjà scandalisé l'opinion en comparant l'action de la Russie en Crimée... à celle du IIIe Reich. Une comparaison douloureuse qu'avait bien mal vécu un pays qui a payé de plusieurs millions de mort le tribut de sa victoire.