Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Construire la tour Eiffel “a eu les apparences d’une œuvre d’enchanteur”

La rédaction - 15.03.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - construire Tour Eiffel - jouranl bord Eiffel - Paris Eiffel tour


La grande dame de fer surplombe la capitale française depuis 128 ans bientôt. Et le 31 mars prochain, nous aurons l’occasion de fêter la fin du chantier. En partenariat avec les Editions Douin ActuaLitté propose de découvrir l’histoire de la Tour, d’après le livre de Fabien Sabatès. Un journal de bord inédit et historique.

 

 

 

15 MARS 1889

 

Le montage du campanile de la tour Eiffel débute. En suivant les travaux, il m’est venu la réflexion suivante... Réflexion, à dire vrai, qui m’était venue bien des fois...

 

La construction de la tour Eiffel, pour les Parisiens, a eu les apparences d’une œuvre d’enchanteur.

 

Depuis le jour où elle est sortie de terre, elle s’est élevée lentement, incessamment, sans que l’on ait jamais pu distinguer entre ses mailles le moindre ouvrier. Elle s’élevait comme ces palais enchantés des légendes auxquelles les fées ou le diable venaient travailler la nuit, tant les hommes qui l’édifiaient paraissaient microscopiques dans l’enchevêtrement des poutres de fer qu’ils ajustaient, installaient et boulonnaient presque sans bruit.

 

La légende ? Soyez sûr qu’elle se fera et que M. Eiffel aura, dans les siècles futurs, le renom de quelque Merlin tenant son pouvoir des puissances célestes ou infernales au gré de l’imagination des auteurs.

 

16 MARS 1889 

 

Depuis plus d’un mois maintenant les peintres sont occupés à décorer les consoles et les panneaux de la première plate-forme. Ils écrivent en lettres d’or les noms de 72 savants du siècle passé. De nombreuses personnes furent surprises de voir que certains parmi les plus célèbres n’y figuraient pas, cela en raison de la dimension des panneaux, car on ne pouvait pas inscrire sur les cartouches des noms formés de plus de six à sept lettres.

 

Retrouver J’ai construit la Tour en fer, aux éditions Douin

 

18 MARS 1889

 

La Ville de Paris va faire frapper une médaille de grand module, portant l’effigie de la tour de 300 mètres et les armes de la Ville, qui sera remise, le jour de l’inauguration, à tous les ouvriers qui ont participé aux travaux de la tour Eiffel.

 

Et les ouvriers qui auront travaillé jusqu’au complet achèvement, recevront chacun un exemplaire en argent de cette médaille.

 

Monsieur Eiffel a eu la délicatesse de me faire savoir par M. Compagnon que moi aussi j’obtiendrai cette dernière médaille et cet honneur me touche et m’enchante.

 


Pour approfondir

Editeur : Douin
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782354981617

J'ai construit la tour en fer

de Fabien Sabatès

"300 mètres de haut ? Impossible. Tablettes d'argile, noeuds sur des cordes, papyrus, hiéroglyphes, grimoires, manuscrits tachés d'humidité, archives ! La Grande Histoire n'est faite que de ces objets fragiles, miraculeusement conservés, qui, un jour, remontent en pleine lumière dans des circonstances extraordinaires. Et, tous, ils éclairent d'une facette nouvelle le prisme de la connaissance. De la construction de la tour Eiffel, pas si lointaine pourtant, on ne savait rien de ce qui en faisait le coeur battant, l'humaine nature. Restaient des histoires de boulons et de rivets, des chiffres à en faire tourner les têtes, et des poncifs, des histoires fausses, des mensonges, des à-peu-près. L'histoire de la tour Eiffel en resterait-elle là, incomplète, désincarnée ? C'était compter sans Jules Z. Sabatès, journaliste, qui publie ses articles au Figaro, au Gaulois, la grande presse du temps. Pour Gustave Eiffel, génie du siècle de l'industrie, ingénieur, promoteur et pionnier de la " communication ", l'homme de plume va non seulement suivre l'érection de la Tour en Fer, mais encore y prendre sa part de labeur ! Jour après jour, montant des échelles sans fin avec les ouvriers, s'usant les mains sur le fer gelé, tapant sur les rivets chauffés à blanc, travaillant à tous les postes, il s'adonne à une besogne harassante. Ce qui ne l'empêche pas, presque chaque soir, de tenir son journal de bord et d'écrire ses articles, à bout de fatigue, pour enfin s'endormir à son bureau. Trop de fers au feu, manque de temps, épuisement ? Ses nombreux écrits s'entassèrent et ne furent jamais publiés. Rangés, oubliés dans une malle passant de l'un à l'autre au fil des générations. Et la voilà qui refait surface, cette malle, la Providence aidant, grâce à l'un de ses descendants qui comprend la valeur de ces vieux papiers, leur intérêt immense. Fabien Sabatès, auteur et journaliste comme son aïeul, plonge dans cette masse d'écrits et en reconstitue, pièce à pièce, le puzzle. Autant de renseignements précieux, de première main, de révélations, rassemblés et mis en lien dans une véritable vision de ce qu'a été la conception et la construction de la tour Eiffel... et que vient compléter une illustration qui ne pouvait être, comme la Tour et son concepteur, qu'extraordinaire. Des années de travail et de mise en forme qui permettront au lecteur de découvrir enfin, avec J'ai construit la Tour en Fer, la grandiose épopée de notre emblème national.

J'achète ce livre grand format à 45 €