Consultez le Bottin mondain des savants et érudits du Moyen Âge

Nicolas Gary - 17.07.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - scientifiques moyen age - bottin mondain savants - érudits savoir partage


C’est connu : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Mais Science sans contacts avec les érudits de son époque n’a pas beaucoup plus d’avenir. Dès le Moyen Âge, à travers toute l’Europe, voyageaient les savants, désireux de partager leurs savoirs. Et tout ce star-system avait un Who’s Who, comme un bottin mondain des scientifiques notoires. 


 

Le Repertorium Academicum Germanicum, de son petit nom, ou RAG, a été créé sous la direction des Bernois, et comptabilise plus de 60.000 CV d’érudits médiévaux. Des centaines de milliers de personnes ont en effet fréquenté les bancs de l’université au Moyen Âge, obtenant différents titres : Baccalaureus, Magister ou même Doktor. 

Voilà une dizaine d’années que les universités de Berne et de Justus Liebig de Giessen se consacrent à l’étude de ces chercheurs, établissant, à partir d’un réseau de sources historiques, leur carrière et leurs faits d’armes.

Or, cette base de données est désormais en ligne, et l’on y retrouve des personnalités de premier ordre, comme Erasmus de Rotterdam ou encore Martin Luther. En tout, 60.000 CV à consulter donc, mais peu de candidats encore en mesure de postuler pour un emploi. 

Les recoupements de la base permettent de remonter au lieu d’origine des étudiants, leur secteur d’étude, ou encore l’université qu’ils ont fréquentée ou les voyages et multiples interactions qu’ils ont pu avoir avec leurs contemporains. 

Le réseau, au coeur de tous les échanges

Rainer C. Schwinges, codirecteur du projet et professeur émérite d’histoire médiévale, donne un précieux conseil : « Étudier ne consiste pas simplement à apprendre. Les relations que vous construisez à l’université sont également très importantes. » De même qu’aujourd’hui, le réseau — pas social — d’hier participait à la diffusion des idées et au débat contradictoire. 

Le numérique permet simplement de pouvoir rassembler les informations concernant ces savants, avec des entrées sociologiques qui enrichissent notre perception d’alors. 
 

Pour exemple, l’université de Bâle, seule fondée en Suisse en 1460, fut un lieu d’échange et de partage — pour les hommes, évidemment, les femmes n’étaient pas autorisées à étudier à cette époque. Dans la base RAG, on retrouve ainsi 1250 personnalités passées par cet établissement. Sans trop de surprise, le médecin valaisan Thomas Platter, le réformateur Johannes Calvin ou encore le conseiller bernois et greffier, Thüring Fricker, en font partie. 
 
Le RAG est bien un répertoire des mondains scientifiques, entre 1250 et 1550, à consulter ici, en allemand ou en anglais.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.