Convertis à l'ebook, les étudiants ? Pas vraiment

Clément Solym - 29.10.2010

Patrimoine et éducation - A l'international - etudiant - numerique - cours


Comment envisager de devenir aujourd'hui étudiant sans prendre en compte le livre numérique ? Si la lecture d'un livre reste une activité d'isolement, et de retrait, la pratique du livre numérique est tout de même celle de l'efficacité et de la recherche immédiate.

Pourtant, les étudiants interrogés dans le cadre d'une étude de OnCampus Research, une branche de la National Association of College Stores, ne semblent pas vraiment réceptifs à cette tendance. Pour 74 %, leur préférence va vers l'imprimé. Sur les 627 personnes interrogées, seuls 13 % avaient acheté un livre numérique au cours des trois derniers mois, et sur cette tranche, la moitié l'a fait parce que c'était obligatoire pour leurs cours - à 56 %.


« Il semble que la mort du livre imprimé dans le monde universitaire ait été grandement exagérée, et les lecteurs ebook ont fort à faire pour rattraper cette tendance », explique Elizabeth Riddle, directrice de recherche. Certes le marché universitaire représente une possibilité de croissance à ne pas négliger pour les sociétés, mais dans les faits, cette étude semble montrer que les étudiants n'ont pas encore complètement accepté de sauter le pas numérique.

En effet, seuls 8 % des étudiants possèdent un lecteur ebook dédié et 59 % de ceux qui n'en possèdent pas n'ont pas vraiment l'intention d'en acheter un au cours des trois prochains mois. Cependant, il ne faut pas oublier qu'en dépit de l'enthousiasme mondial pour les lecteurs ebook - en particulier le Kindle - l'ordinateur, voire le portable, restent des outils privilégiés pour la lecture numérique.

D'ailleurs, 77 % de ceux qui ont acheté un livre numérique le lisent sur leur ordinateur, ou leur netbook. L'iPhone vient ensuite, avec 23,9 % des utilisateurs, contre le Nook à 21,6 %. Le Kindle, comme le modèle DX, reste à 15,7 %. L'appareil n'aurait donc pas complètement percé dans le milieu étudiant, probablement grâce à ce que Barnes & Noble a mis en place pour les élèves justement.

Enfin, si 26 % des élèves ont manifesté un vif intérêt pour l'iPad, ils ne sont que 13,7 % à s'intéresser aux lecteurs Sony...