Coût de la rentrée scolaire : une enquête indépendante réclamée

Clément Solym - 17.08.2010

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - augmentation - prix - Insee


À la base des soupçons, les chiffres avancés en 2008 et 2009 par les associations Familles de France et le Confédération syndicale des familles (CSF). L’UFE demande « que cette enquête soit confiée à une équipe indé­pen­dante, sous le contrôle de l'Insee ».

Selon l’association, les annonces des années précédentes étaient trop optimistes, au-delà de la réalité : « Le coût de la ren­trée sco­laire doit pou­voir être évalué de façon objec­tive et fiable, loin des coups de pub média­tiques, car le mon­tant de l'allocation de ren­trée sco­laire en dépend ».


 


Là réside le vrai problème. Si une baisse de prix est annoncé, ou même une hausse moindre que celle réelle, l’allocation de rentrée scolaire (ARS) ne sera pas revalorisée dans les bonnes proportions. "Cet indice glo­bal pro­gresse moins vite que celui des four­ni­tures sco­laires. Il en résulte une baisse de pou­voir d'achat des familles", déplore l'UFE.

En 2009, Familles de France avait indiqué une baisse de 23,3% sur les prix de la papeterie, et de 4,77% sur les autres fournitures. A l’inverse, l’Insee affiche des hausses de 1,87% et 2,39% respectivement.

  

Cette année, sauf augmentation, une famille de deux enfants par exemple devrait toucher 33,536 €, au lieu de 32.623 € en 2009. Nadine Morano, secrétaire d’Etat à la famille, a en outre certifié que plus d’enfants devraient pouvoir en bénéficier. L’ARS va être versée jeudi. Peut-être en tickets restaurant...

Le communiqué de l’UFE intervient d’ailleurs la veille de la présentation par Familles de France de son enquête sur le cout de la rentrée 2010.