Dans la jungle de l'orientation, les solutions 'net' de Darcos

Clément Solym - 11.06.2009

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - jungle - orientation - Darcos


Jeune, la question de vos parents était : « Tu veux faire quoi plus tard ? » Et vous aviez toute latitude de proposer les métiers les plus extravagants : chasseur d'étoiles de mer, nettoyeur de la Lune et d'autres. Après le bac, étonnamment, la question revient. Mais là, plus de place à l'humour et la rêverie.

C'est à cette intention que Darcos vient de mettre en place plusieurs outils permettant de débroussailler la jungle de l'orientation et des diverses formations possibles.

Du tchat, mais pour son avenir

La plateforme Mon orientation en ligne passera ainsi entre novembre et janvier 2010 de l'expérimentation à Amiens, à un service national. Par simple tchat, on obtiendra des réponses claires aux questions et en temps réel.


En plus, un numéro Azur, le 0810 012 025 est accessible pour d'autres conseils, au prix d'un appel en local. Depuis mai qu'Amiens teste ces solutions, elles semblent avec pas mal conquis les coeurs : 25.000 visites sur le site, 11.000 appels téléphoniques : au ministère, on est satisfait.

Orientation scolaire option moteur de recherche

En parallèle, notons la présence de Onisep, toujours dans le cadre de l'orientation scolaire, et qui permet « à chacun d'avoir instantanément accès à l'ensemble de l'offre de formation de l'Éducation nationale » explique Xavier. Il suffit d'effectuer des recherches par mots-clefs pour disposer des informations sur les établissements proposant les options que l'on souhaite découvrir.

Pascal Charvet, directeur d'Onisep : « Il est très difficile de circuler dans la jungle des formations. L'idée est de débroussailler ce maquis, de donner une information personnalisée. » Diplôme, métiers, formation, mais également établissement et autres sont disponibles dans la base de données du site.

La passeport numérique, virtuel

Le dernier point évoqué durant la conférence tourne autour d'un « passeport d'orientation » numérique ou virtuel, qui se destinerait aux collégiens, dès la 5e et permettrait de réunir toutes les interrogations auxquelles il fait face sur son avenir, les métiers qu'il envisage et les études qu'il souhaiterait poursuivre. Ces éléments, outre la nostalgie de leur consultation quelques années plus tard, simplifierait le suivi pédagogique estime le ministre.