Dans le secret des boutiques d'apothicaires, entre potions et drogues

Florent D. - 11.05.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - apothicaire pharmaciens potions - médecins apothicaires secrets - mystère Blackthorn apothicaire


Ce personnage mystérieux, que l’on se représente toujours dans une officine aux étagères débordant de pots et d’herbes, est une figure mystique. Capable de fabriquer des teintures pour des objets magiques, de préparer des décoctions médicinales, il peut offrir les soins, comme dispenser la mort. Ancêtre des pharmaciens, son nom désigne en réalité un boutiquier. Entre le charlatan et l’enchanteur, les apothicaires ont une longue tradition littéraire... et bien entendu, magique.

 

Idazkuna II

CC BY ND NC 2.0

 

 

Les connaissances pharmaceutiques, si l’on remonte à des temps immémoriaux – en 2600 av. J.-C., à l’époque sumérienne, par exemple –, étaient intimement rattachées à des notions religieuses. Sur d’antiques tablettes, on trouve des séries d’incantations, censées soigner. C’est d’ailleurs avec Hippocrate, un Grec du Ve siècle av. J.-C. que l’on commence à distinguer le pharmacien du médecin. Si les premiers ont leur serment d’Hippocrate, les seconds ont le serment de Galien, aussi appelé serment des apothicaires.

 

« Le Serment Des Apothicaires chrétiens et craignant Dieu.

Je jure et promets devant Dieu, Auteur et Créateur de toutes choses, unique en essence et distingué en trois Personnes éternellement bienheureuses, que j’observerai de point en point tous ces articles suivants. Et premièrement je jure et promets de vivre et mourir en la foi chrétienne. »

 

Dans le monde arabe, c’est à Bagdad, en 754, que le califat officialisera la création d’une officine : on y trouve des alambics, où la matière est distillée, raffinée... C’est aussi l’apparition de nouveaux remèdes que cette médecine apportera, couplant les plantes aux matières animales. Attention aux mélanges...

 

Au confluent de connaissances médicinales et mystérieuses, la figure de l’apothicaire est liée à la vente de produits chimiques. Mais attention à ne pas les confondre avec les herboristes, qui manipulaient les plantes, et préparaient ainsi des décoctions miracles. Ou tout aussi charlatanesques. 

 

Pour faire un brin d’histoire, c’est avec l’édit de Salerne que Frédéric II, empereur des Romains, promulgua en 1241 la séparation des médecins et apothicaires-pharmaciens en deux communautés distinctes. Le lien avec le monde religieux sera bien plus long à s’estomper : souvent, ce sont les moines dans leurs monastères, qui cultivent les plantes dont se servent les apothicaires pour leurs préparations. 

 

D’ailleurs, l’histoire ne manque pas d’humour : si l’on voir fleurir aujourd’hui les magasins revendant des e-liquides pour cigarettes électroniques, certaines marques jouent en plus sur cette image de l’apothicaire. Paradoxal, et amusant, parce que la vente du tabac sous la forme de poudre, était encore au XVIe sicle réservée aux apothicaires. Eh oui ! 

 

Après tout, l’apothicaire était bien celui qui réalisait, détenait et vendait des drogues bonnes pour la santé. De là à en faire un sorcier, manipulant des potions magiques, il n’y avait qu’un pas. C’est en tout cas cette dimension qui est prise dans le livre Le mystère Blackthorn de Kevin Sands, où les potions peuvent tout aussi bien tuer que guérir. Tout dépend de celui qui les fabrique, et de ce que son cœur lui dicte. Détenteur de secrets indicibles, la menace se resserre autour de l’officine de Blackthorn, et son apprenti aura fort à faire pour déjouer un vaste complot.

 

 

 

Les bons comptes faisant les bons amis, les apothicaires nous ont d’ailleurs laissé une expression des plus sympathiques, « un compte d’apothicaire ». C’est que, pour vendre des produits mixant des ingrédients, il fallait avoir l’œil avisé et la balance ajustée. Un peu de ça, pas trop de ça : du fait de l’ignorance ambiante et de l’image d’érudit que l’on s’en était forgée, l’apothicaire pouvait vendre cher des préparations en petite quantité. Il fallait parfois négocier, pour être certain de ne pas trop payer...

 

Philosophe, marchand et, dans la littérature, souvent assimilé à un savoir ésotérique, l’apothicaire a de beaux jours devant lui. Et qui sait ce qui se cache dans les nombreux tiroirs de son officine...

 

 

 

Pour approfondir

France pittoresque

Persée


Pour approfondir

Editeur : Bayard Jeunesse
Genre : litterature...
Total pages : 350
Traducteur : pascale jusforgues
ISBN : 9782747057844

Le mystère Blackthorn

de Sands, Kevin

Londres, 1665. Christopher Rowe, orphelin de 14 ans, a été recueilli par l'apothicaire Benedict Blackthorn, qui lui enseigne les secrets de ses potions et remèdes. Mais une série de meurtres endeuille la ville : les victimes sont toutes des apothicaires amis de Blackthorn. Le responsable en serait la secte de l'Archange, organisation occulte prête à tout pour s'emparer du pouvoir.

J'achète ce livre grand format à 15.90 €