Découverte d'un cercueil qui contiendrait la dépouille de Montaigne

Victor De Sepausy - 18.11.2018

Patrimoine et éducation - Patrimoine - tombeau Michel Montaigne - Alain Juppé archéologie - Montaigne Bordeaux


Deux maires de Bordeaux, qui se parlent à quelques cinq siècles de distance, l’image est insolite. Un véritable hasard archéologique pourrait avoir conduit à exhumer le cercueil de Michel de Montaigne. Et Alain Juppé, maire de la ville, vient de diligenter une enquête pour définir qui est réellement le locataire de cette ultime demeure.



ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Le philosophe et maire de Bordeaux, en responsabilité à deux reprises, en 1581 et 1585, était décédé le 13 septembre 1592 : il avait demandé à être inhumé à l’église des Feuillants. L’année suivante, un cénotaphe où il est représenté en gisant, avec une armure. Ce dernier sera déplacé en 1886 dans la faculté de Lettres de l’époque, qui est aujourd’hui le musée d’Aquitaine. 

 

Et c’est ici qui tout se déroule. La destruction du couvent des Feuillants avait conduit le cercueil du philosophe à plusieurs déplacements. Au point que les scientifiques en perdirent la trace — à l’exception de ce cénotaphe, qui n’avait manifestement jamais été ouvert. 

 

Or, dans les sous-sols du musée d’Aquitaine, un cercueil avec une plaque en cuivre, gravée au nom de Michel de Montaigne a été découverte. Stocké dans la réserve des salles médiévales, ce dernier aurait pu continuer de prendre la poussière. Mais l’hypothèse que l’on soit face aux restes de la dépouille de Montaigne intrigue. 

 


 

L’actuel directeur du musée, Laurent Védrine, a réalisé cette découverte en réalisant que personne n’avait encore tenté de savoir ce que contenait le cénotaphe. « J’ai voulu voir la partie invisible de ce tombeau, car jusque là, concernant Montaigne, il n’y avait que des hypothèses, parfois contradictoires, et il fallait les vérifier », indique-t-il à France Bleu

 

Le maire adjoint, Fabien Robert, avait établi une synthèse des connaissances actuelles : Michel de Montaigne est décédé en 1592 en son château de Saint Michel de Montaigne. En 1593, le cercueil est installé dans la chapelle du couvent des Feuillants à Bordeaux, à l’emplacement du musée d’Aquitaine Dix ans plus tard, le cénotaphe et le cercueil sont installés dans l’église rénovée des Feuillants.

 

En 1802, le couvent des Feuillants est remplacé par le lycée ; le cénotaphe et le cercueil sont alors installés dans la chapelle du lycée, qui est incendiée en 1871. Les restes de Montaigne sont provisoirement transportés au dépositoire du cimetière de la Chartreuse.

 

Une rare édition annotée des Essais
de Montaigne dans Gallica

 

En 1886, les restes sont une nouvelle fois déplacés dans la nouvelle faculté des lettres et des sciences dont on achève la construction, à l’emplacement de l’ancien couvent des Feuillants. Le tombeau réalisé par l’architecte Charles Durand pour le compte de la Ville de Bordeaux est alors placé presque à l’aplomb du cénotaphe, qui lui-même est installé dans le hall de la faculté.

 


 

Désormais, archéologues et anthropologues seront sur le pied de guerre pour établir la batterie de tests indispensables pour établir la véracité de l’hypothèse.

 

« On a un cercueil et une plaque, mais on ne sait pas encore ce qu’il y a à l’intérieur. Donc, déjà, il faut l’ouvrir, et voir s’il y a ou non des restes humains. Et s’il y a des ossements, voir si on peut ou pas les rattacher à Montaigne. Nous allons donc procéder à des analyses biologiques, puis à des analyses ADN ; et pour cela, il faudra trouver un descendant ou une descendante du philosophe. Ce sera alors le travail des paléogénéticiens », indique Hélène Réveillas, archéoanthropologue, en charge des recherches.
 

Écrits et imprimés du Moyen-Âge à la Renaissance,
trésors des Collections Aristophil

 

Et de poursuivre : « L'élément qui va être essentiel, c'est l'ADN. Nous allons voir s'il reste des ossements et si l'ADN est conservée. Mais il faut qu'on ait un squelette ou un descendant dont on est sûr qu'il partage un patrimoine génétique. »





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.