Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Découvrez Bananas, “le magazine littéraire le plus bouillonnant des 70s”

Antoine Oury - 04.09.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Bananas magazine littéraire - Bananas Londres - Bananas magazine littéraire


Échaudée par le paysage des magazines littéraires britanniques dans les années 1970, une bande de joyeux drilles crée en 1975 un nouveau titre pour représenter les lettres anglophones. Et lui choisit un nom qui dit tout du ton de la feuille de chou : Bananas. Le magazine accueillera des textes de J.G. Ballard, Sylvia Plath, Alan Sillitoe ou encore William Burroughs.

 
Bananas n°6, automne/hiver 1976 (via Sevag B. Martouni)
 


Autre signe de son côté anticonformiste, Bananas — qui tire son nom du film de Woody Allen sorti en 1971 — avait adopté un format tabloïd, plus grand que les autres publications du genre. Codirigé par la romancière Emma Tennant (auteure de Pemberley ; or, Pride and Prejudice Continued, et de livres jeunesse, dont Le Petit fantôme) et le graphiste Julian Rothenstein, Bananas s'affichait avec des visuels de couvertures expérimentaux, volontiers provocants.

 

La rédaction s'installe au 2 Blenheim Crescent, à Notting Hill : « Cette adresse était légendaire dans le monde de la contre-culture. Le graphiste Richard Adams y avait travaillé sur les derniers exemplaires des journaux underground Oz et Frendz », rappelle Barry Miles, à l'époque rédacteur en chef adjoint du journal, dans son livre In the Seventies (Castor Music, traduit par Richard Bégault).

 

Le contenu de Bananas est essentiellement constitué de textes de fiction originaux : « Bananas a eu un effet durable sur l'audience britannique en séparant le mot “Chroniques” du magazine littéraire pour mettre l'accent sur la fiction original. Elle insistait aussi sur les bons mots, les blagues et l'irrévérence » résumait Emma Tennant à l'époque, qui profitait de ses origines aristocratiques pour faire connaître et financer le journal.

 

La revue connaîtra 25 numéros, entre 1975 et 1980, et rétréciera peu à peu pour atteindre un format A4 plus conforme. Mais elle accueillera les textes de nombreux auteurs anglophones de premier plan, où qui allaient bientôt l'atteindre, dont Angela Carter, Claud Cockburn, Harold Pinter, Bruce Chatwin ou Philip Roth. 

 

Côté graphisme, Julian Rothenstein se faisait plaisir, en gardant un œil sur le magazine Interview, créé par Andy Warhol et Gerard Malanga en 1969. Comme les punks de l'époque, Bananas n'hésitait pas à publier des contenus très provocants, comme cette version d'un passage de Mein Kampf en rébus, signée John Sladek, publiée au printemps 1976.

 

Emma Tennant elle-même publiera une anthologie de textes publiés dans Bananas en 1977. Plusieurs couvertures sont disponibles sur Flickr.