Découvrez Bifur, revue iconique du surréalisme littéraire et photographique

Antoine Oury - 17.11.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Bifur revue - Bifur archives - Bifur surréalisme


Créée en 1929 par Pierre Lévy et Georges Ribemont-Dessaignes, deux précurseurs du surréalisme en France, la revue Bifur, publiée par les Éditions du Carrefour, se voyait dans les premiers rangs du mouvement artistique : à un rythme irrégulier, elle diffusait photographies et textes signés par Tristan Tzara, Henri Michaux, Blaise Cendrars, André Kertész, Laszlo Moholy-Nagy ou encore Claude Cahun.

 
 

Comme d'autres courants artistiques des XIXe et XXe siècles, le surréalisme a profité de la revue pour se faire connaître et diffuser. Dans le cas de Bifur, toutefois, pas de mystère : c'est surtout entre surréalistes que l'on s'échange la publication, pour se faire lire les textes des uns et des autres, ou apprécier les dernières œuvres photographiques.

 

C'est sur ce dernier point que Bifur marque particulièrement son époque : les surréalistes sont aussi les partisans d'un art photographique renouvelé, et les œuvres qu'ils reproduisent dans la revue manifestent d'une certaine idée de la photographie.

 

« Quand des revues d'avant-garde comme Bifur ou Variété [sic] ne publient, sous la légende “Westminster”, “Lille”, “Antwerpen” ou “Breslau”, que des détails, tantôt un morceau de balustrade, tantôt la cime d'un arbre chauve dont les branches s'entrecroisent devant un réverbère à gaz, là un mur mitoyen ou encore un candélabre avec une bouée où est inscrit le nom de la ville, ce ne sont que des mises en valeur littéraires de motifs découverts par Atget », relève Walter Benjamin dans sa Petite Histoire de la photographie (Allia).

<

>

 

Ce faisant, Bifur a participé à changer le regard sur la photographie, tout autant que le regard du photographe, en sortant du cadre habituel du portrait ou du paysage, héritages de la peinture.

 

L'Assiette au beurre, revue historique
de la satire et du graphisme

 

Côté littérature, les 8 numéros de Bifur, publiés de 1929 à 1931, ont de quoi enchanter : dans le seul premier numéro, on trouve Blaise Cendrars, Henry (sic) Michaux, Philippe Soupault, Tristan Tzara ou encor Bruno Barilli. La Bibliothèque nationale de France a numérisé et mis en ligne les deux recueils publiés par Jean-Michel Place.

 

Il est possible de retrouver tous les numéros de Bifur sur Gallica.