Découvrez La Révolution surréaliste, la plus célèbre revue du mouvement

Antoine Oury - 19.12.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - La Révolution surréaliste pdf - La Révolution surréaliste revue - surréalisme revue


Le 1er décembre 1924 paraît le premier numéro d'une revue historique : « Il faut aboutir à une nouvelle Déclaration des Droits de l'Homme », annonce la couverture de La Révolution surréaliste. Dirigée par Pierre Naville et Benjamin Péret, la revue rassemble, pour ce premier numéro, Robert Desnos, Paul Éluard, Louis Aragon, Pierre Reverdy, Philippe Soupault et, bien entendu, André Breton.

 
 

En douze numéros, La Révolution surréaliste saura diffuser les idées radicales de ses rédacteurs et du mouvement surréaliste en général. Un mouvement artistique, certes, mais en rupture totale avec ceux qui l'ont précédé dans l'histoire de l'art : « Le surréalisme ne se présente pas comme l'exposition d'une doctrine. Certaines idées qui lui servent actuellement de point d'appui ne permettent en rien de préjuger de son développement ultérieur » promet la revue dès la seconde page.

Raison pour laquelle les critiques fuseront contre André Breton, lorsque celui-ci imposera des règles au surréalisme.

 

La préface de Jacques-André Boiffard, médecin et photographe, Paul Éluard et Roger Vitrac, dramaturge et poète, donne le ton : se retrouveront dans La Révolution surréaliste l'écriture, automatique ou au moins ludique, la photographie, la science, parfois la sculpture et la peinture, et tout le temps, le rêve.

 

Bifur, revue iconique du surréalisme
littéraire et photographique

 

D'ailleurs, les premières pages de la revue sont consacrées aux récits de rêves faits par les différents rédacteurs, et, dans un photocollage de la page 17, on retrouve Sigmund Freud au milieu des parrains de La Révolution surréaliste, aux côtés de Guillaume Apollinaire et... Germaine Berton, ouvrière syndicaliste et anarchiste, qui avait assassiné en 1923 Marius Plateau, directeur de la Ligue d’Action française, pour venger Jean Jaurès.

 

 

 

Mensuelle, trimestrielle, bi-annuelle et annuelle, la revue connaît un rythme de parution tumultueux, et compte au final 12 numéros, parus entre 1924 et le 15 décembre 1929. Le relais est pris, l'année suivante, par une autre revue, Le Surréalisme au service de la révolution alias Surréalisme ASDLR.

Gallica permet de découvrir l'intégralité de la collection, soit 12 numéros en 11 parutions (celui de 1927 est double).

<

>




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.