Depuis Montréal, il empêche l'explosion d'un lycée anglais

Clément Solym - 21.03.2009

Patrimoine et éducation - A l'international - attaque - bombe - lycée


Depuis Montréal, John Philip Neufeld est parvenu à préserver d'une attaque à la bombe orchestrée par un lycéen... un établissement britannique, le lycée d'Attleborough, au nord-est de Londres, dans le comté de Norfolk. Les 950 élèves qui le constituent, ignorants de ce qui les attendait, peuvent souffler et remercier la vigilance de cet internaute.

En effet, en surfant çà et là, John tombe sur un message publié dans un forum, annonçant l'intention ferme de faire sauter une école. « Ces bâtards paieront », concluait le message plus qu'explicite. Après quelques prises de contact avec l'intéressé, il lui pose la question fatidique : compte-t-il réellement faire exploser son école ? « Plutôt, oui », répond son interlocuteur aux initiales de T.B..

Aussitôt, John prend la chose définitivement au sérieux et contacte les autorités locales, qui une trentaine de minutes après son appel, parviennent à interpeller un élève de l'établissement équipé d'un bidon d'essence, d'allumettes et d'un couteau.

Inculpé pour acte criminel et possession d'arme, l'adolescent de 16 ans a été placé en garde à vue, conformément au Mental Health Act. « Vous ne prenez pas ce genre de menace à la légère, en particulier avec les fusillades qui ont lieu presque chaque année », expliquait John.

Selon certaines premières informations, recueillies sur ce qui serait la page personnelle de l'adolescent, il semble que ce dernier ait été motivé dans son geste par des agressions répétées menées contre lui. Selon les défenseurs du fameux T.B., il n'aurait pas eu l'intention de mettre à exécution son geste, simplement de faire - très - peur à ceux qui le tourmentaient.

L'intimidation au Québec fait l'objet d'une campagne de sensibilisation visant à lutter contre ces nouvelles agressions dirigées contre les élèves.