Des aquarelles pour documenter le monde : 80 000 peintures numérisées 

Camille Cado - 27.03.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - archives aquarelles collection - aquarelles numérisées - Watercolor World


Watercolor World est un nouveau projet de numérisation lancé par l’ancien diplomate Fred Hohler. Cette fois-ci il n’est pas question d’ouvrages, mais bien de peinture : 80.000 aquarelles sont d’ores et déjà disponibles en ligne, gratuitement. Davantage que de purs objets esthétiques, ces archives visuelles ont été numérisées pour leur valeur historique, et donnent à voir le vaste monde, en couleur. 

(Boulogne-sur-Mer, Richard Parkes Bonington, 1818 - crédit : The Wathercolor World)

 
« Avant l’invention de la caméra, les gens utilisaient l’aquarelle pour documenter le monde. Au cours des siècles, les peintres professionnels ou amateurs ont créé des centaines de milliers d’images qui saisissent le monde tel qu’ils l’ont vu », peut-on lire sur le site web de Watercolor World.

« Chacune de ces peintures a une histoire à raconter, mais beaucoup sont enfouis dans des archives, des albums et des institutions, trop fragiles pour être exposés. Watercolor World existe justement pour les faire renaître. » 

Le site web a d’abord numérisé des aquarelles appartenant aux collections publiques comme le Rijksmuseum, la National Library of Australia, le British Museum, le Yale Center for British Art, le Metropolitan Museum of Art de New York, le musée des Beaux-Arts d’Orléans, pour n’en nommer que quelques-uns.

Fred Hohler, président de Watercolor World s’est montré ensuite particulièrement enthousiasmé par ce qui se cachait dans les collections privées, notamment parce que la plupart des collectionneurs ne réalisent pas la valeur historique des peintures qu’ils possèdent. « Ils disent tous la même chose » souligne-t-il, « Oh nous n’avons pas grand-chose. Et puis on découvre des trésors ». 

Ces dizaines de milliers d'aquarelles, peintes avant 1900, sont d’ores et déjà disponibles sur le site de Watercolor World dont près de 3.000 appartenant à des collections privées. La recherche peut s’effectuer par mots clés, ou par zone géographique, plus pratique pour les chercheurs. 

 
« Pour la première fois, vous pouvez explorer ces documents visuels fascinants sur une carte du monde, rechercher des sujets qui vous intéressent et comparer des aquarelles de plusieurs collections au même endroit », reprend le Watercolor World.

« Nous sommes une organisation basée au Royaume-Uni, mais le projet est vraiment global. Nous travaillons avec des collections privées et publiques du monde entier pour numériser leurs images, dont beaucoup n’ont jamais été photographiées auparavant. Il reste encore des milliers d’aquarelles à ajouter. » Et en effet, Fred Hohler assure que plus d’1 million de documents seront en ligne d’ici peu. 

La collection propose donc des aquarelles représentant le monde entier, comme le général britannique James Maurice Primrose, qui a peint plusieurs paysages très impressionnants en Inde, dont « In the Neilgherries » (1860).

crédit : The Watercolour World

 
Mais qui se cachaient derrière ces photographes d’antan ? Il y avait des militaires, des aquarellistes professionnelles, des botanistes, des géomètres ainsi que de nombreux amateurs qui, selon Hohler, étaient pour la plupart des femmes, non rémunérées, pour lesquelles la peinture était un passe-temps. 

La valeur historique de ces documents était bien évidemment intentionnelle, mais « nous espérons que ce projet ravivera un certain intérêt pour les aquarelles, suscitant de nouvelles conversations et révélations ».


Des aquarelles pour comprendre le monde actuel 


Selon Fred Hohler, ces images revêtent une importance croissante pour les scientifiques et les historiens à mesure que les calottes glaciaires fondent, que des sites historiques sont bombardés ou vandalisés et que la faune et la flore disparaissent. « Cette numérisation est un outil absolument indispensable pour nous aider à comprendre le monde aujourd’hui. » 

Hohler cite par exemple le cas des glaciers d’Himalaya. Alors que le réchauffement climatique menace ces glaciers et que les deux tiers d’entre eux pourraient fondre d’ici à l'an 2100, une peinture révèle ce à quoi ressemblaient ces glaciers il y a 150 ans. 
 
crédit : The Watercolour World
 
« En rendant l’histoire plus visible à un plus grand nombre de personnes », explique le Watercolor World, « nous pouvons approfondir notre compréhension du monde ».

 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.