Des lettres d'amour de Leonard Cohen à Marianne Ihlen vendues aux enchères

Antoine Oury - 20.06.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - Leonard Cohen encheres - leonard cohen lettres amour - leonard cohen marianne


Disparu en 2016, Leonard Cohen a laissé derrière lui nombre de textes, qu'il s'agisse de chansons, de poèmes ou de romans : sa correspondance n'est pas en reste, et plusieurs lettres adressées à Marianne Ihlen ont attiré l'attention au cours d'enchères organisées par la maison Christie's. Marianne Ihlen n'était autre que la muse de Cohen, depuis les années 1960, qui lui a notamment inspiré « So Long, Marianne ».

« From Tel Aviv with love », lettre de Leonard Cohen à Marianne Ihlen, Tel-Aviv, le 13 septembre 1960
(via Christie's)


Des années 1960 à leurs disparition, à quelques mois d'intervalle, en 2016, Marianne Ihlen et Leonard Cohen auront partagé une vie commune ininterrompue, tantôt amants, tantôt amis, toujours liés. Leur rencontre remonte à 1960 alors que Cohen, âgé de 26, s'installe sur l'île grecque d'Hydra : il y croise Marianne Ihlen, sympathise avec elle et pleure son départ, quelques mois plus tard, alors qu'elle repart pour sa Norvège natale.

Quelques mois plus tard, elle recevra un télégramme signé par Leonard Cohen, en provenance de Montréal : il l'invite à la rejoindre dans la maison qu'il vient d'acheter – elle et son fils né d'un mariage malheureux avec le romancier Axel Jensen. Elle accepte, et le couple passera plusieurs années ensemble, qui verront Cohen composer et chanter des titres en référence à leur amour et à leurs séparations, comme « So Long, Marianne » et « Hey, That’s No Way to Say Goodbye ».

Un couple de légende, définitivement, qu'un lot de lettres vendues aux enchères par Christie's permet de suivre, au fil des sentiments et des villes traversées, de Cuba à Nashville, en passant par le célèbre Chelsea Hotel de New York.




Les missives envoyées à Marianne font entendre la voix du chanteur, comme s'il écrivait déjà sa prochaine composition : « C'est difficile de t'écrire. Le surf fait trop de bruit. La plage est bondée, et tu occupes trop de place dans mon cœur pour que je puisse écrire quoi que ce soit », confesse-t-il dans un courrier envoyé de Tel-Aviv en septembre 1960, quelques jours après le départ de l'île d'Hydra, indique la maison Christie's.

Les courriers révèlent aussi l'influence et l'importance de Marianne Ihlen dans l'œuvre de Cohen, et pour son processus de création même. En 1963, alors que son roman The Favourite Game est sur le point d'être publié, il indique : « Je n'aurais jamais pu réécrire ce livre sans toi, et je ne pense pas que je pourrais en écrire un autre sans toi. Aussi, si je ne deviens pas riche dans les prochaines semaines, repartons sur Hydra et soyons pauvres ensemble. »

En 1967, Cohen annoncera aussi à Ihlen son premier concert à New York, alors qu'il décide de se consacrer plus sérieusement à son parcours musical : tout au long de sa carrière et de sa vie, il enverra des lettres à Marianne Ihlen, jusqu'à sa mort. En 2016, sachant qu'elle se meurt, il lui écrit : « Je veux seulement te souhaiter un très beau voyage. Au revoir ma vieille amie. Mon amour éternel. Rendez-vous au bout du chemin. »
 
Les lettres se sont vendues pour un total de 876.000 $. Parmi les lots proposés, on retrouvait aussi une cloche fêlée, celle qu'il évoque dans sa chanson « Anthem » en 1992, sur l'album The Future. « Il y a une faille, une faille dans tout/C'est par là que la lumière peut entrer », chantait-il. Cet objet de décoration, parti pour 81.250 $, se trouvait dans la maison de Marianne, sur l'île d'Hydra. 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.