medias

Des lettres d'Evelyn Waugh révèlent un premier roman détruit à jamais

Antoine Oury - 09.12.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - Evelyn Waugh premier roman - Evelyn Waugh Temple Thatch - waugh lettres roman


L'écrivain britannique Evelyn Waugh s'est fait connaitre en 1928 par Grandeur et Décadence (Decline and Fall), un premier succès qui le propulse parmi les auteurs les plus en vus du moment. Mais un lot de lettres vendu aux enchères révèle que, comme d'autres, Waugh avait signé un premier roman impossible à publier, qu'il finira par détruire lui-même.

Détail d'une photo de Waugh par Carl Van Vechten (1940)


Quelques lignes peuvent parfois bouleverser l'histoire : 10 lettres jamais publiées d'Evelyn Waugh, proposées lors d'une vente aux enchères de la maison Sotheby's ce 10 décembre, apportent un nouvel éclairage sur la carrière de l'écrivain britannique. L'une d'entre elles évoque en effet la tentative de publication d'un premier roman, The Temple at Thatch, et la destruction du manuscrit par le feu.

Dans le courrier, envoyé à son ami Richard Plunket Greene, Waugh se dit « découragé » et évoque la destruction du manuscrit par le feu : « Cela a fait tant de fumée que le directeur est sorti de la chapelle pour voir si l'école était en feu », remarque l'auteur, un peu désabusé. 

Waugh ne jettera pour autant pas l'éponge, et ses efforts seront récompensés avec la publication, quelques années plus tard, de Decline and Fall, considéré comme son premier roman. Une des lettres évoque d'ailleurs ce nouveau roman, sur lequel Waugh prévoit d'écrire sous peu. Quant à The Temple at Thatch, peu d'éléments sont connus, si ce n'est la présence d'un étudiant comme personnage principal, et une histoire évoquant la folie et la magie noire.

via Sotheby's
 

Au moment de la destruction de son manuscrit, Waugh traverse une période peu agréable de sa vie : professeur au sein de l'école préparatoire Arnold House, au Pays de Galles, il considère ses élèves « de plus en plus stupides à mesure qu'ils prennent de l'âge »...
 

Mais ce qui aurait décidé Waugh à détruire son manuscrit aurait sans doute été l'avis prononcé par l'écrivain Harold Acton (1904-1994). Ce très bon ami d'Evelyn Waugh avait jugé le roman « trop anglais » à son goût, conseillant son correspondant de ne réserver que quelques exemplaires à ses proches amis. Le futur auteur de Retour à Brideshead en aura décidé autrement...

via The Guardian



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.