Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Des milliers d'histoires orales de la Seconde Guerre mondiale bientôt en ligne

Victor De Sepausy - 26.12.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - Seconde Guerre mondiale - archives histoires batailles - histoire orale internet


Une base de 22.000 heures d’audio et de vidéos a été traitée par le Musée de la Seconde Guerre mondiale pour créer une collection unique. En découlera la mise en ligne progressive de 9000 histoires orales et écrites, au cours des dix prochaines années. Des milliers de documents attendent désormais leur numérisation. 

 

B-29 And Crew

domaine public

 

 

Avec un budget de 11 millions $ déployé, la constitution de cette collection ouvre une large fenêtre sur cette époque. Le Musée, fondé en 2000 et basé à la Nouvelle-Orléans, propose pour l’heure 250 histoires orales. Durant le temps de la numérisation, six historiens de l’établissement réaliseront également des entretiens avec les derniers vétérans, rapporte l’AP.

 

Depuis les premiers pas sur la base navale de Pearl Harbor, jusqu’à la capitulation allemande, en passant par la bombe larguée sur Hiroshima, les documents seront mis en ligne au fil du temps. 

 

« Nos histoires orales furent des ressources inestimables dans l’histoire de l’Holocauste et la lutte contre le négationnisme. Elles deviendront encore plus précieuses une fois que la génération qui a vu ces événements aura disparu », indique James Gilmore, spécialiste des archives à l’Holocaust Memorial Museum de Washington DC.

 

Étant donné le temps que prendra cette opération de mise en ligne, il devient évident que les témoignages directs seront plus importants encore, d’où l’empressement que manifestent les dirigeants du musée de la Nouvelle-Orléans. Ils viendront d’ailleurs enrichir les bases de données crées, qu’elles soient audio, vidéo ou écrites. 

 

À cette heure, 4000 histoires orales en vidéo ont été recueillies, et 3000 enregistrements vidéo et audio sont en cours de réalisation. Pour le domaine de l’écrit, des journaux seront numérisés, ainsi que des notes de soldats et autres carnets intimes. 

 

Le fait est que le moindre document du site est soumis à des licences commerciales, quant à leur utilisation. Il faudra donc se rendre sur la page des archives pour consulter tout ce qui a été mis en ligne – photos, vidéos, etc. – sans possibilité de les exporter. Le musée a engagé 4,4 millions $ pour mener à bien le projet, et les deux tiers nécessaires découlent de dons et de subventions obtenus.

 

On peut d’ores et déjà parcourir et écouter quelques-uns de ces documents à cette adresse.