Désastreux système éducatif en Afrique du Sud, selon Nadine Gordimer

Clément Solym - 31.07.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Nadine Gordimer - Afrique du Sud - Education


Prix Nobel de littérature en 1991, Nadine Gordimer s'est illustrée pour son combat contre l'Apartheid en Afrique du Sud. Mais aujourd'hui, l'auteure intervient pour dénoncer une situation insoutenable dans les écoles du pays. En effet, depuis janvier, près de 5000 établissements ruraux, représentant 1,7 million d'élèves, sont encore privés de manuels scolaires. Un scandale extrêmement dommageable.




 

L'enseignement public n'est pas seulement dégradé, déplore-t-elle, mais surtout dans un désordre complet. Interrogée sur SAFM, une radio publique d'information, elle enrage : « Notre système éducatif est une épave. Il s'agit d'un grand n'importe quoi. Je ne peux pas croire que les trois quarts de l'année ont passé, et qu'un si grand nombre de nos écoles, en particulier dans les zones rurales, soient restées sans manuels. Il en va de la responsabilité du ministre de faire en sorte que les livres soient commandés et livrés en temps et en heure. Comment pouvez-vous apprendre à des gens à lire, s'il n'y a pas de livre sur lequel s'appuyer ? »

 

Mais cette histoire de manuels scolaires n'est qu'une des manifestations de la dégradation actuelle dans le système éducatif. En effet, les établissements manquent aussi de fournitures parfois aussi élémentaires que des chaises, ou même des toilettes en état de fonctionnement. L'actuelle ministre de l'Éducation, Angie Motshekga, est visée par la colère publique et l'on réclame au président Jacob Zuma, qu'il la renvoie de son poste.

 

Une enquête devrait prochainement lui être remise sur l'état de l'enseignement dans le pays, alors que l'Éducation est logiquement le premier budget alloué par son gouvernement. Cependant, la majorité noire dans le pays n'a pas les moyens de s'offrir les écoles privées, souligne l'AFP, et si l'éducation fut l'un des grands enjeux dans la fin de l'apartheid, l'égalité est encore loin d'être atteinte. Le pays compte aujourd'hui 80 % des noirs et 10 % de blancs, rapporte l'Institut sud-africain pour les relations entre les races.

 

Le président a d'ailleurs nommé une équipe pour enquêter sur les raisons qui ont empêché la livraison des livres scolaires depuis le mois de janvier. Une fois les résultats sur son bureau, il devrait se prononcer sur la marche à suivre. 

 

Pour Desmond Tutu, prix de Nobel de la Paix, la situation est catastrophique. Si Nelson Mandela, l'ancien président, « savait ce qui se passe, il en pleurerait », estime-t-il. (via IAfrica)