medias

Désobéissance civile : Abattre l'industrie scolaire avec l'Open Source

Nicolas Gary - 25.08.2013

Patrimoine et éducation - A l'international - manuels scolaires - liens torrents - Open Source


L'Open Source, une alternative pour aider les étudiants à ne plus se ruiner en achats de manuels scolaires ? Alors que l'industrie du livre est régulièrement assimilée à un cartel dans ce secteur, les étudiants américains font face, à chaque rentrée, au même problème : trouver leurs ouvrages aux meilleurs prix. Mais l'offre de téléchargement gratuite se structure de plus en plus, et TorrentFreak fait état d'une mobilisation grandissante.

 

 

 


 

 

Avec un investissement annuel de près de 1000 $ pour l'achat de livres scolaires, les étudiants se retrouvent dans une situation financière délicate. D'autant qu'acheter des ouvrages d'occasion n'est pas nécessairement la solution idéale : les mises à jour et les révisions des manuels rendent assez facilement obsolètes les éditions passées. 

 

Peut-on alors parler d'une situation surréaliste ? Certainement : les étudiants ne peuvent que constater les pratiques monopolistiques des principaux éditeurs de manuels scolaires. Si les sites de liens Torrent cherchent à démocratiser le recours à des fichiers numériques piratés, un étudiant a trouvé une solution pour perturber durablement le marché du manuel. Il s'est donné pour véritable mission d'abattre l'industrie et de la remplacer par un système totalement Open Source.

 

Prescription morale

 

« Les manuels et les médicaments ont une chose en commun : leurs fabricants commercialisent des produits pour une personne autre que celle qui va réellement payer pour eux », explique Tristan Lear. Et selon lui, l'industrie du livre n'a plus rien à vendre. La technologie contemporaine facilite les relations et échanges entre créateurs de contenus, éditeurs, professeurs et étudiants. Et aujourd'hui le « complexe universitaro-industriel » va comprendre sa douleur, estime-t-il. Il suffit dès lors de proposer d'accéder à des oeuvres, légalement, Open Source.

 

La solution est de s'appuyer sur un renversement des approches de pirates, pour offrir des livres numériques gratuits, en toute légalité. C'est ainsi qu'il a lancé The Textbook Liberation Project - ambitieuse aventure, dont les débuts furent encore modestes. Lear a commencé à offrir des PDF gratuits de manuels scolaires Open Source aux élèves de sa classe, en découvrant que ces derniers n'auraient pas les finances pour ses les procurer. Et rapidement, sa classe a pu économiser des centaines de dollars.

 

Bien entendu, enseignants et professeurs n'ont pas apprécié également cette initiative. Pourtant, on hésite : d'un côté, l'implacable modèle des éditeurs de manuels, de l'autre la distribution de copies numériques gratuites... Les plus prudents ont tout de même mis Tristan en garde : il allait au-devant de probables ennuis. Pour l'instant, rien ne s'est passé. 

 

Or Tristan, lui, est passé à la vitesse supérieure. Devant la librairie de son campus, il a fait passer le message auprès des autres étudiants, en leur expliquant, flyers à l'appui, comment se procurer des manuels gratuitement. En somme, il a donné une vie physique à ses liens Torrents. Et avec ses tracts, flanqués d'un QR Code, il offre aux étudiants de pouvoir scanner et télécharger directement les livres, sur les smarttphones et tablettes de chacun. 

 

Lutter sur tous les fronts, envers et contre tous

 

Un représentant de l'Université de Floride du Sud s'est rapidement manifesté après cette séquence de tractage : pour le coup, les accords entre Barnes & Noble et l'université allaient poser de sérieux problèmes. Le libraire n'apprécierait certainement pas qu'on vienne lui souffler ses clients, en distribuant des liens torrent qui permettent d'économiser l'achat de manuels scolaires.

 

 

 

 

« Nous recherchons un impact financier maximal contre l'industrie de l'édition, et un impact politique maximum au sein de l'administration et du corps professoral de l'université. Cela va forcer les complices à prendre position », répond simplement Tristan Lear. D'autant plus que les tracts et les liens ne renvoient qu'à des fichiers Open Source, gratuits et légaux. « Certains avocats m'ont mis en garde, d'autres m'ont encouragé. L'EFF s'inquiète du fait que la jurisprudence dans mon cas, à trait à l'incitation, dans la mesure où j'encourage à l'infraction. »

 

La question est de savoir si le Digital Millenium Copyright Act peut intervenir dans ce cas de figure : Tristant Lear porte-t-il atteinte à quelque chose dans son comportement, ou peut-il s'abriter derrière le droit des individus à s'exprimer librement, ainsi que le Premier amendement l'autorise ? Parler de contenus scolaires Open Source devant une librairie est-il réellement une infraction à quoi que ce soit ? Il est probable qu'un vide juridique complet existe. Et Tristan Lear compte bien l'exploiter jusqu'au bout.  

 

Sur Facebook, il ne manque pas de promouvoir ses actions, et encourage les étudiants à venir à sa rencontre pour mieux comprendre le sens de son action, et comment ils peuvent économiser des centaines de dollars par ce biais. 

 

Il apporte également des conseils à ceux qui souhaitent partager des manuels scolaires achetés, en rassurant les étudiants : avant de tenter quelque action que ce soit, les éditeurs doivent envoyer un courrier laissant une période de 30 jours pour la suppression d'un lien. « Et même dans ce cas, la jurisprudence reste indécise quant à savoir s'il nous faut, ou non, nous y conformer. » Et pour assurer un impact plus fort encore, il encourage à acheter le manuel scolaire, en réaliser une copie numérique sous une semaine, pour pouvoir se le faire rembourser chez le libraire où il a été acheté.