Despotique : une enseignante inflige 22 livres à lire durant l'été à ses élèves

Nicolas Gary - 23.06.2020

Patrimoine et éducation - A l'international - Italie conseil lecture - lycée élèves lectures - vacances livres lecture


Pour avoir ajouté 16 ouvrages à une liste de 6 suggérés aux élèves, une enseignante est en train de passer pour une tortionnaire. Les 26 élèves de sa classe de première au lycée Machiavel de Florence menaceraient presque de faire la grève de la lecture. En cause : les 4400 pages que des jeunes de 14 ans devront engloutir d’ici septembre…


 

La liste donne le vertige aux élèves, et fait mal au porte-feuille des parents : lorsque ces derniers ont découvert la liste de livres que leur progéniture avait à lire, ils ont manqué défaillir. « C’est impossible. Il est vrai que les jeunes ne lisent pas et sont rivés à leur téléphone portable, mais là, ils risquent de détester la littérature », explique-t-on.

En tout, 11 ouvrages en italien (neuf obligatoire et deux au choix), cinq de latin, un en histoire, deux de science et deux autres en anglais indique La Nazione. Mission impossible ?

Le problème final n’est pas tant la quantité de livres, mais le coût global de ces achats, soulignent les parents. « À vue d’œil, ce sont 300 ou 400 € de livres, et pour une famille moyenne, en ce moment, ce n’est pas abordable. » Et si l’on s’en tient à un rythme de lecture, cela représente 1 livre tous les trois jours.

Pour autant, reconnaît-on, la liste contient de véritables chefs-d’œuvre de la littérature, tant italienne qu’internationale – dont le superbe Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, pour ne citer que lui…

 

mise à jour 24/06 - 17h20 : 


Depuis, et alors que l’information fait scandale sur les réseaux, pour changer, la directrice de l’école Anna Pezzati, a apporté quelques précisions. Elle-même avait appris la nouvelle dans la presse, et souligne « qu’il y a un grand malentendu. Les vingt-deux textes ne sont pas pris en compte dès le début de l’année scolaire. La plupart seront évidemment facultatifs ». 

Un manque de communication entre les élèves et l’enseignante, du fait du confinement ? « De toute évidence », reprend-elle. Les premiers peuvent se rassurer, leurs parents souffler et tout le monde se détendre : la professeure reprendra sa liste sous peu, en soulignant quelles sont les lectures obligatoires, quelles sont celles facultatives…


photo : stevepb CC 0


Commentaires
On a envie de dire: "c'est machiavélique"!
C'est justement ce que j'ai pensé en découvrant le lieu où ce prof exerçait...son pouvoir. Incitée par le lieu...
Attention, les Italiens ont quatre mois de vacances donc lire 4400 pages (si autant qu'une page veuille dire quelque chose) revient donc à lire 35 pages par jour... soit une petite heure de lecture pour un lecteur moyen.

Enfin, s'élever contre le coût est aussi une excuse étrange, étant donné que les bibliothèques fonctionnent bien en Italie wink
Elle mérite une médaille! Comme les enfants liront les livres en diagonale, où est le problème ?
Ce n'est pas "despotique", c'est au contraire humaniste et nécessaire en ces temps de faillite de la culture (spécialement littéraire) chez les jeunes générations.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.