Die Kasseler Liste, une base de données qui répertorie les livres censurés

Heulard Mégane - 19.06.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - Die Kasseler Liste - livres interdits ou censurés - Parthenon of Books


Die Kasseler Liste est le nouveau projet de l’équipe qui a réalisé le Parthenon of Books en 2017. Il s’agit d’une base de données en ligne, entièrement consultable, répertoriant pour le moment 125.000 livres qui ont été, ou sont actuellement, interdits ou censurés quelque part dans le monde. 


The Parthenon of Books

 
Il y a quelques années, l’artiste argentine Marta Minujin avait pour projet de construire une réplique du Parthénon à partir de livres interdits. Le professeur de l’University of British Columbia, Florian Gassner, a été l’une des premières personnes à qui elle a demandé de l’aide. Lui et son collègue Nikola Roßbach ont établi une liste de 70.000 titres que Minujin a utilisés dans son travail.

Depuis le dévoilement du Parthenon of Books en 2017, Gassner, Roßbach et une équipe d’étudiants se sont penchés sur un nouveau projet lancé le mois dernier : une base de données en ligne constituée de 125.000 livres censurés ou interdits, de nos jours ou non.

Die Kasseler Liste documente la censure dans sa globalité. La base couvre des titres qui viennent de vastes territoires et qui s’étalent sur une grande période de temps. Elle est constituée d’ouvrages censurés par les institutions gouvernementales, civiles ou religieuses, sur tous les continents en fonction du contexte politique et social. 
 
Dans une interview, Florian Gassner explique : « Même si 125.000 livres semblent beaucoup, ce n’est qu’une fraction des livres qui ont été censurés. Le fait qu’elle soit si incomplète est l’un des messages les plus importants ici, parce qu’elle éclaire non seulement ce qui a été censuré, mais aussi que nous devons accorder plus d’attention aux endroits où les choses sont censurées et où personne ne s’en aperçoit vraiment. Les meilleurs exemples en sont les livres des dissidents chinois de nos jours. Les livres les plus fascinants sont toujours ceux qui ne sont pas publiés. »

Les index historiques sont une composante importante de la liste. Pour documenter la censure dans les contextes où il n’existe pas d’index, Die Kasseler Liste s’appuie souvent sur d’autres bases de données accessibles au public. S’il n’y en a pas également, par exemple interdites sous un régime dictatorial, le chercheur devra mener sa propre enquête. 

Il n’y a pas de liste officielle des titres censurés. La censure est souvent arbitraire en fonction du climat politique et social du moment. Florian Gassner remet en cause la notion même de censure, en se demandant notamment à partir de quel moment le terme peut être utilisé…

« Chaque fois que nous passons en revue la liste, nous sommes forcés de reconsidérer ce que nous croyons être la censure. Par exemple, Harry Potter a été censuré. C’était parce que les parents voulaient que Harry Potter soit retiré des bibliothèques scolaires aux États-Unis. Et, dans un sens, les parents ont le droit de décider à quoi leurs enfants sont exposés », dit-il.

Gassner poursuit : « Ou si vous considérez un livre comme Mein Kampf d’Hitler, il a été censuré dans de nombreux pays et contextes. Cependant, il n’a pas été censurée en République fédérale d’Allemagne après 1948, parce que la constitution de l’Allemagne — d’où je suis originaire — dit qu’il n’y a pas de censure. En même temps, de 1948 à 2015, le gouvernement de Bavière détenait les droits d’auteur de Mein Kampf par l’intermédiaire de la succession d’Hitler et empêchait toute réimpression pendant cette période. C’est donc de la censure ou pas ? »
   
Censure?
(Horst Gutmann, CC BY 2.0)


Il est possible de consulter la Kasseler Liste en utilisant comme entrée le nom de l’auteur, le titre du livre, la date à laquelle il a été publié pour la première fois, par qui il a été publié et le pays et l’année où l’interdiction a été promulguée. Des liens vers d’autres sources d’information pour plus de détails sur l’interdiction sont aussi disponibles. Les visiteurs peuvent également contribuer à la base de données. Elle est destinée à tous : curieux, étudiants ou encore chercheurs. 

Via Librairy Jounal et UBC News


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.