medias

À la rentrée 2016, les éditeurs ont fourni (et fourniront en 2017) en temps et en heure aux millions d’élèves concernés les ouvrages conformes aux nouveaux programmes. Néanmoins la mise en place de cette réforme révèle des points inquiétants : des équipements inégalitaires au collège et une paupérisation de l’école primaire qui s’accentue.


#signalétique Lacaton et Vassal, école d'archi, Nantes
Charlotte Henard, CC BY SA 2.0

 

Dans le même temps, le savoir faire des Éditeurs d’Éducation en matière de ressources et de services numériques (80% des banques de ressources innovantes et 1 500 000 manuels numériques utilisés individuellement par les collégiens) les place en situation d’acteurs expérimentés du système éducatif.
 

Les Éditeurs d’Éducation au rendez-vous de la réforme


Équiper les élèves de primaire et de collège en ressources conformes à la réforme des programmes du CP à la 3e représente 15 millions de livres au Primaire et 21 millions de livres au collège (répartis sur les rentrées 2016 et 2017).

Au collège : la mise en place de la réforme 2016 se traduit néanmoins par un déficit d’équipement. 8 millions de livres ont été acquis sur les 11 millions attendus, soit un taux d’équipement des élèves par discipline oscillant entre 60% et 85% : aucune discipline n’est totalement équipée, situation inédite lors d’une réforme de collège. En 2017, 9,6 millions d’ouvrages devront être acquis, en plus des 3 millions manquants de 2016, alors même que le budget d’équipement est en baisse de 30%.
 

Au Primaire, en dépit de la réforme, la paupérisation de l’école se poursuit :

- 0,9 livre par élève ont été acquis au cycle 2 (CP-CE1-CE2) au lieu des 3 ouvrages nécessaires ;
- 0,4 livre par élève ont été acquis au cycle 3 (CM1-CM2) au lieu des 5 ouvrages nécessaires.

Avec moins de 15€ par élève et par an consacrés au livre scolaire, la France décroche de plus en plus significativement par rapport à la moyenne des grands pays européens (87€ par élève et par an).

 

Acteurs de l’innovation numérique


Rentrée 2016 : Les Éditeurs d’Éducation, lauréats de 80% des appels d’offres du Ministère de l’Education nationale, ont fourni les ressources et les services numériques innovants qui ont été mis à disposition de l’ensemble des enseignants et de leurs élèves à la rentrée 2016. L’adoption massive de leurs ressources numériques par les enseignants et les élèves atteste désormais de la transformation numérique réussie des éditeurs.
 

Rentrée 2017 : Intégrer l’innovation numérique pour repenser les missions éducatives. Avec15 années d’investissements continus et significatifs traduisent la volonté des Éditeurs d’Éducation d’innover dans l’accompagnement de la mutation numérique de l’école.

Les éditeurs sont prêts à poursuivre cette démarche en partenariat avec les familles, les enseignants, le Ministère, les collectivités territoriales et tous les acteurs de la sphère éducative.
 

Prêts à relever de nouveaux défis


Contribuer à améliorer l’efficience du système éducatif avec des ressources de qualité. Les études PISA et de l’UNESCO confirment une corrélation positive entre l’utilisation de ressources pédagogiques de qualité et l’efficience d’un système éducatif, notamment pour réduire les inégalités sociales.

Consacrer au minimum 1% de la dépense d’éducation à l’acquisition de ressources pédagogiques de qualité est le choix de tous les pays qui ont 30 points de plus que la France dans le classement PISA (l’UNESCO recommande d’être au-dessus de 2%, la Finlande est à 6%).
 

La réforme des manuels scolaires a préservé l'édition française en 2016


La transformation numérique de la société doit bénéficier aux acteurs de l’école. Alléger les tâches chronophages des professeurs au profit d’un accompagnement innovant des élèves sera l’une des clés du succès de l’école de demain. Les ressources et les services des éditeurs d’Éducation constituent de puissants moyens pour élaborer une nouvelle architecture pédagogique, au service de la valorisation du métier d’enseignant et de la réussite de tous élèves.