Écoles primaires : la base de données des élèves moins intrusive

Clément Solym - 03.11.2008

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - école - primaire - base


On a appris sa publication samedi, répondant aux demandes express manifestées par nombre d'associations qui la considéraient comme contestable du fait des informations contenues. Ainsi, la base élèves premier degré est à la source remplie par les directeurs d'établissements, et permet avant tout la gestion des enfants, tout en suivant leur parcours ; elle offre aussi au rectorat une certaine visibilité sur l'état de l'académie. Peut-être trop grande, justement.

Car dans cette nouvelle mouture, plusieurs éléments ont disparu, qui empiétait un peu trop sur la vie personnelle de la famille et de l'enfant. Dès lors disparaissent donc
  • profession et catégorie sociale parentales
  • le cadre familial dans lequel vit l'enfant
  • absentéisme ou nécessités éducatives
On notera que si cette base doit être mise en place pour la rentrée 2009, elle avait déjà été dégraissée d'une notification presque sidérante : l'origine ou l'ascendance ethnique. Selon les syndicats et organismes qui avaient vivement protesté, la base de données en tant que telle constituait bien plus un vivier à enquêtes policières qu'une réelle somme d'information pratique à destination de l'académie. D'autre part, ces éléments seront conservés durant l'année civile qui suivra la fin de sa scolarité en primaire.

Dès lors, on ne devrait plus y trouver que :
  • identification et coordonnées de l'élève
  • identification du ou des responsables légaux de l'élève
  • personnes à contacter en cas d'urgence ou autorisées à prendre en charge l'élève à la sortie de l'école
  • scolarité de l'élève
  • activités périscolaires.