medias

Education : réformer, oui mais comment ?

- 06.03.2012

Patrimoine et éducation - Scolarité France - réforme - éducation - nationale


Les candidats n'arrêtent pas d'en parler : l'Education nationale, une grande réforme s'impose. C'est à croire qu'ils découvrent que le système ne fonctionne pas avec suffisamment d'efficience. Et pourtant l'idée même de réformer est un leitmotiv en la matière et l'on peut même parler d'une succession de réformes mais, apparemment, elles n'ont pas vraiment porté leurs fruits durant les dernières décennies.

 

Quand on interroge les Français, ils sont 9 sur 10 à se déclarer favorable à une réforme. Dans quel but ? Pour assurer une meilleure prise en charge des élèves en difficultés, des handicapés. C'est ce que révèle le dernier sondage commandé par l'Association des parents d'élèves de l'enseignement libre (l'Apel) à OpinionWay, rapporte l'AFP. Jusque-là, rien de très étonnant !

 

Les réformateurs se déclarent très majoritairement pour la création d'un vrai métier pour l'accompagnement des enfants en situation de handicap ainsi que pour la mise en place de parcours adaptés aux élèves qui rencontrent des difficultés. Le contraire serait étonnant !

 

L'alternance est plébiscitée pour améliorer la formation des jeunes enseignants et les parents sont 78 % à souhaiter une augmentation de la part du contrôle continu dans le baccalauréat quand 75 % voudraient de nouveaux rythmes scolaires plus soucieux des rythmes de l'enfant.

 

L'allègement des programmes ou encore le pouvoir accru du chef de l'établissement à recruter ses propres enseignants recueillent un peu plus de 60 % des suffrages des parents.