Education, soins, protection : la Journée des droits de l'enfant

Clément Solym - 20.11.2013

Patrimoine et éducation - A l'international - journée - droits de l'enfant - protection


Chaque année, le 20 novembre, la Journée des droits de l'enfant. La Saint Edmond rime ainsi avec ces 24 heures consacrées la convention internationale signée en faveur de la protection des enfants. Adopté aux Nations Unies, en 1989, le texte ne parle pas simplement de protection de la jeunesse, mais établi les droits fondamentaux : éducation, soins, sans regard de son origine ou de sa naissance.

 

 

 

 

Kofi Annan, secrétaire général de l'ONU est souvent cité en cette occasion : « Rien n'est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité. » Mais historiquement, l'Assemblée générale des Nations Unies en 1954 avait déjà évoqué la nécessité d'une journée consacrée aux enfants, sans déterminer de jour précis. 

 

Cette journée est aujourd'hui à l'honneur, avec le doodle de circonstances. Pour la France, c'est en 1995 que le Parlement a décidé que le 20 novembre serait consacré à la défense et la promotion des droits des enfants. 

 

Le ministère de l'Education nationale consacre une page entière au détail des droits, avec des liens portant sur les différentes opérations menées pour l'occasion. 

La Convention internationale des droits de l'enfant est un texte fondateur. 

Sa connaissance participe à la construction progressive de la citoyenneté et àl'acquisition d'une culture humaniste

Elle fait partie des connaissances définies par le socle commun de connaissances et de compétences, repère essentiel dans l'organisation des enseignements de la scolarité obligatoire.

 

On compte dans le pays

  • Un million d'enfants pauvres
  • 19.000 enfants maltraités
  • 76.000 sont en danger dans un contexte familial dégradé et qui menace leur développement éducatif et/ou matériel
  • quelque 240.000 enfants placés ou pris en charge
  • 85 000 sont touchés par le saturnisme
  • record des suicides des 15-24 ans.
  • 150 000 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective
  • 15 000 ne suivent pas leurs cours alors qu'ils sont inscrits au collège ou au lycée et qu'ils n'ont pas encore 16 ans.
  • 15 % des enfants qui arrivent au collège ne comprennent pas ce qu'ils lisent