Elèves handicapés : des conditions de scolarisation satisfaisantes selon un sondage CSA

Clément Solym - 03.03.2011

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - scolarisation - enfants - handicapés


Le dernier sondage commandé par la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie auprès de l’institut CSA donne 83 % de collégiens handicapés satisfaits de leur scolarité.

L’année scolaire précédente avait connu son lot de polémiques autour de la disparition programmée des auxiliaires de vie scolaire qui interviennent prioritairement pour aider à la scolarisation en milieu ordinaire des enfants handicapés. Après protestation, le ministère avait réévalué sa position.

Si l’on s’en réfère aux résultats de ce sondage, il faut croire que des solutions ont pu être trouvées sur le terrain pour maintenir un accompagnement suffisant. Toutefois, il faut noter que ce sondage a été effectué seulement auprès 308 collégiens qui ont répondu librement à une consultation en ligne. A ces derniers s’ajoute l’interrogation téléphonique de 300 principaux de collège.


Avec 90 % des chefs d’établissement concernés par la scolarisation d’au moins un élève handicapé, le principe de l’immersion du handicap en milieu ordinaire se trouve appliqué au maximum par le ministre de l’Education nationale.

Les principaux de collège déclarent disposer à 73 % d’un ou plusieurs auxiliaires de vie scolaire pour prendre en charge les élèves concernés quand ils considèrent que seulement 62 % de leurs locaux sont accessibles à tous les élèves sans restriction.

Quant aux élèves handicapés, ils sont 46 % à déclarer bénéficier d’un auxiliaire de vie scolaire, mais 13 % auraient besoin de davantage d’aide. Parmi ceux qui n’ont pas d’auxiliaires de vie scolaire, ils sont 12 %, cette fois, à penser qu’ils en auraient pourtant besoin.

C’est le passage du primaire au collège qui est le plus difficile pour ces élèves, ce que déclarent 40 % d’entre eux. Toutefois, cela ne les empêche pas de penser à l’avenir et 77 % se voient déjà poursuivre leur scolarité au lycée.