En 1976, les recettes de la tolérance réunies dans un livre de cuisine

Victor De Sepausy - 25.01.2020

Patrimoine et éducation - A l'international - cuisine population Philadelphie - 1970 recettes tolérances - gay black panthers


À l’époque de la liberté sexuelle, de la drogue et du rock’n roll, les invraisemblables années 70, l’alimentation portait également sa part de revendication. Un ouvrage, People’s Philadelphia Cookbook, paru en 1976, compilait des recettes que l’organisation People’s Fund avait réunies. Avec la perspective de refléter toute la diversité de la société.


Dick Swanson - domaine publique - rue de Philadelphie


« Un pain de viande très gay », s’exclama le chercheur en neurosciences Michael Goldberg, également activiste gay, devant une recette combinant viande de bœuf, de porc et épices. Le tout accompagné d’épinards partiellement cuits, ainsi que de champignons. Et pour couronner l’ensemble, œufs durs et crème aigre. Savoureux ? Faut voir… 
 

Et dans l'idéal...


En 1971, est lancée la People’s Fund, association qui réunit des membres des Black Panthers, de l’United Farm Workers (parti des travailleurs agricoles) ainsi que la Gay Activist Alliance of Philadelphia. Et d’autres encore. Une période où l’on espérait que les différences sociales, le racisme et l’homophobie et même le capitalisme pouvaient être éradiqués. 

Et la révolution découlant du Flower Power passerait de toute évidence par l’alimentation. Atlas Obscura raconte ainsi l’histoire de Stephanie McKellop, historienne indépendante, tombée sur le fameux livre de cuisine lors d’un marché aux puces. Un banal bouquin de prime abord, mais qui s’avère passionnant après examen. 

Numérisé et disponible gratuitement, le People’s Philadelphia Cookbook propose des recettes sans illustration, reflétant toute la diversité alimentaire des habitants, mais avec un fondement plus sociétal et politique encore.

En 1976, les États-Unis célèbrent le bicentenaire de leur création. Mais le message des pères fondateurs a dû s’égarer en chemin : Nixon venait d’être destitué, la guerre du Vietnam était finie, avec les conséquences que l’on connaît aujourd’hui, mais liberté et égalité étaient encore à construire. Frank Rizzo, alors maire de Philadelphie constituait un bel exemple : ses discours prenaient régulièrement pour cible les pauvres, les ethnies ou les militants de gauche…
 



 

Faites la bouffe, pas la guerre


Dans ce marasme, le People’s Fund représentait une concrétisation des rêves de paix, véhiculant un message de philanthropie profond. Les financeurs, quelle que soit la somme qu’ils avaient pu y verser, avaient leur mot à dire. La concrétisation d’une vision collective pacifiée et unie ne pouvait finalement prendre que la forme d’un livre de cuisine, où chacun y trouverait à boire et à manger (surtout), sans aucun jugement ni idée péjorative.

De fait, l’organisme avait à l’esprit que « ceux qui aiment la nourriture de l’autre apprendront à s’apprécier ». Le lien entre engagement politique et vie personnelle était alors complet pour ces activistes : indissociable, même. Un idéal démocratique que symbolisait le partage de la nourriture et des habitudes alimentaires : réunis autour d’une assiette, pour comprendre l’autre.

McKellop le résume assez bien : « Les recettes étaient la part la moins importante du livre. Il s’agissait bien davantage des gens. » Au point qu'en 1977, une seconde édition vit le jour, intégrant plus de recettes tirées de la culture afro-américaine, pour répondre à une logique d'inclusion toujours élargie. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.