ENA : les élèves issus des cités échouent au concours

Clément Solym - 12.04.2011

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - ena - concours - étudiants


Décidément, difficile d’inverser une tendance de fond. Nicolas Sarkozy avait tenu à se battre pour que tous les enfants, en France, puissent accéder à l’excellence. C’est dans ce sens qu’une classe spéciale avait été ouverte à des jeunes issus des banlieues pour préparer le concours d’entrée à l’ENA.

Nos confrères de Libération sont allés enquêter et les résultats sont là, sur les quinze qui ont présenté le concours, une seule a été admissible. Tous sont finalement recalés. Certes, certains sont déjà en voie de reconversion et suivront sans doute un parcours brillant, reste que l’échec est flagrant.


L’initiative, qui avait été annoncée à grand renfort de communication, est reconduite malgré tout cette année encore avec sept de ces élèves qui vont rester pour retenter le concours. Il est encore possible de s’inscrire et ce jusqu’au 13 mai prochain.

Du côté des classes prépas, la situation n’évolue guère, ou plutôt oui, elle évolue, mais dans le mauvais sens. L’école échoue à plein dans son rôle d’ascenseur social. Au sein des classes préparatoires aux grandes écoles, soit la voie royale pour accéder aux sphères sociales supérieures, on compte 83 % d’étudiants dont les parents sont eux-mêmes cadres supérieurs.

Quant aux enfants d’ouvriers, ils ne sont que 3 % à entrer en classe prépa…c’est dire ! Pour ce qui est des étudiants issus de milieux sociaux populaires, la tendance n’est guère meilleure et l’on note une baisse constante de leur présence au sein des prépas.