Enchère : La Bible qui prêchait et encouragerait à l'adultère

Clément Solym - 21.10.2015

Patrimoine et éducation - A l'international - enchères Bible - Wicked Bible - vente adultère


On la connaît sous le nom de Wicked Bible, ou Bible Perverse, Vicieuse. Datée de 1631, cette réédition de la Bible du roi Jacques émane des imprimeurs Robert Barker et Martin Lucas, travaillant pour la cour royale. Sauf que les deux bonshommes ont laissé passer dans le texte une double coquille : « Tu ne commettras point l’adultère », est devenu ainsi « Tu commettras l’adultère ». Gloups !

 

 

 

Condamnés tous deux à 300 £ d’amende, ce qui représentait à l’époque une année salaire, et sanctionnés lourdement – ils perdirent leur statut du fait de la Chambre étoilée, sorte d’Inquisition d’outre-Manche – les deux hommes furent littéralement mis au rebut. 

 

Sauf que cette Bible est devenue terriblement séduisante au fil du temps, et il ne resterait plus que 10 exemplaires dans le monde de cette publication incitant au bien vilain péché de chair. Originellement, un millier d’exemplaires sortirent des presses, et l’erreur ne fut découverte qu’une année plus tard : preuve donc que l’on lisait et relisait avec attention le passage en question : Exode, 20, 14. 

 

L’histoire a retenu, entre autres interprétations, qui ne feraient pas appel au Diable directement, qu’un rival des deux imprimeurs aurait tenté de leur nuire – et y serait joyeusement parvenu. 

 

 

 

Bonhams mettra en vente l’une de ces copies, « infâmes et très rares », le mois prochain. Estimation pour les enchères entre 10 et 15.000 £, et la garantie de quelques sourires en ouvrant la fameuse page interdite. Rendez-vous le 11 novembre pour découvrir l’ouvrage.

 

La rareté de cet ouvrage provient avant tout de ce que les 1000 exemplaires furent condamnés à la destruction. On peut en découvrir un exemplaire à la New York Public Library, ainsi qu’un à l’université de Cambridge.