Enchères : 3 millions £ de livres rares inconnus des chercheurs

Clément Solym - 07.07.2014

Patrimoine et éducation - Patrimoine - enchères manuscrits - livres rares - ouvrages collection


On trouve de tout dans les salles d'enchères, y compris des bibliothèques remplies de livres - et parfois, des trésors inconnus des chercheurs. C'est ainsi que la maison Christie va faire passer sous le marteau une bibliothèque d'une valeur estimée à 3 millions £, ayant appartenu à Allan Heywood Bright, un aimable collectionneur.

 

 

Old Books

Labuero, CC BY NC SA 2.0

 

 

Les descendants de l'homme se doutaient que la bibliothèque de leur ancêtre était de bon goût - parce que britannique. Mais ils n'avaient certainement pas idée de ce qu'elle pouvait contenir de manuscrits médiévaux rares et de leur valeur. L'homme en question en avait hérité de ses propres ancêtres, la collecte d'ouvrage ayant commencé aux alentours de 1800...

 

Pour exemple, l'unique copie complète de The Mirror of Recluses, ouvrage composé au début du XVe siècle s'y retrouve - alors même que la British Library ne dispose que d'une version incomplète. Estimé entre 50.000 et 80.000 £, ce n'est pourtant rien en comparaison du Missal of Ludwig of Teck, illustré par un Maître de la Cour des Hasbourg, entre 1430 et 1435. Pour ce seul ouvrage, jamais vendu aux enchères auparavant, l'estimation monte jusqu'à 800.000 £. 

 

Le 16 juillet, à Londres, livre ancien sera donc à l'honneur dans la salle de Christie qui accueillera la vente. L'expert déclare même au Telegraph que « personne n'avait la moindre idée que ces livres existaient. Cette découverte fait l'effet d'une bombe. » 

 

Estimée à 3 millions £, la collection entière dépasser de loin les premières évaluations : entre Platon et le roi Charles II, une histoire du monde présentée au roi de Naples, ou encore une oeuvre inconnue de Catherine d'Amboise, auteure française de la Renaissance, la bibliothèque n'a pas fini de dévoiler ses secrets. 

 

Le spécialiste de Christie a indiqué que la famille vendait ses livres pour des raisons pratiques : « Ils déménagent. En outre, la génération actuelle n'est pas férue de collections. Ils savaient qu'il s'y trouvait des livres précieux, mais ils n'étaient pas préparés à cele. La collection était restée en grande partie intacte, depuis la mort d'Allan Heywood Bright, voilà 70 ans. »