medias

Enchères : coup d'épée dans l'eau pour les croquis de Rimbaud

Antoine Oury - 20.12.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - croquis Rimbaud - enchères Rimbaud - Arthur Rimbaud poésie


Un ensemble de croquis, une aquarelle et des annotations exécutés sur un exemplaire de l’Abrégé de l’Histoire sainte de l’Abbé Durandi et sur quelques feuilles détachées a été proposé aux enchères à Brest ce dimanche 18 décembre. Estimé entre 150.000 et 200.000 €, le lot n'a pas trouvé preneur.

 

 

 

« Ce sont des dessins, ce n’est pas non plus ce qui est le plus demandé chez Rimbaud, ce n’est pas une arme non plus… » a constaté le commissaire-priseur Yves Cosquéric, directeur de la vente organisée par Adjug'Art Brest. La vente, début décembre, du revolver avec lequel Verlaine avait tiré sur Rimbaud le 10 juillet 1873 s'était conclue sur la somme de 435.000 €, ce qui laissait espérer beaucoup pour ce nouveau lot lié à Arthur Rimbaud.

 

Malheureusement pour la maison de vente, le lot n'a pas trouvé d'acheteur, rapporte l'AFP : l'aquarelle, les sept croquis et des inscriptions manuscrites réalisés « au cours des séjours qu’il fit dans la maison maternelle de Roche dans les années 1860 » n'ont visiblement pas attiré l'attention. L'aquarelle, une représentation abstraite, était accompagnée de cinq étoiles à cinq branches, tandis que les petits croquis représentaient un profil d'homme, un couple de profil fumant la pipe, un serpent à pattes et quelques édifices de la région de Charleville-Mézières.

 

 

Dans son Abrégé de l’Histoire sainte, Arthur Rimbaud ne s'est pas non plus privé de dessiner la caricature d'un curé, accompagnée de quelques inscriptions manuscrites. « Ce volume, qui avait appartenu à des amis et voisins de Rimbaud, Adolphe Grosyeux-Flamanville (mort après 1880) et sa fille Félicité (1842-1869), comme en témoignent les inscriptions manuscrites signalées ci-dessus, a dû être prêté ou donné par l’un de ceux-ci au poète qui l’a utilisé pour se livrer à des compositions graphiques et orthographiques ainsi qu’aux commentaires qui lui venaient à l’esprit au cours de ses années d’adolescence », soulignait la maison de vente aux enchères.

 

Si l'ouvrage n'est bien sûr pas signé, il a été authentifié par des graphologues et des experts, précisait Adjug'Art Brest.