Enchères : la bibliothèque personnelle de Pierre Bergé désormais dispersée

Orianne Vialo - 16.06.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Pierre Bergé enchères - bibliothèque Pierre Bergé - manuscrits vente bibliothèque


Le 15 décembre 2015, l’ex-compagnon d’Yves Saint-Laurent se séparait déjà d’une partie de sa bibliothèque, composée alors de 1.600 manuscrits de grande valeur rassemblés au cours des 40 dernières années par Pierre Bergé. Parmi ces derniers, l’on retrouvait des partitions musicales, mais aussi des manuscrits allant du XVe au XXe siècle. Ce sont d’ailleurs des pièces issues du XIXe siècle qui feront l’objet de cette nouvelle vente aux enchères, lors de deux vacations les 8 et 9 novembre prochain à Paris chez Drouot par Pierre Bergé & associés en collaboration avec Sotheby’s. À l’occasion de cette partie, sans doute la plus intime de la collection de Pierre Bergé, figureront quelques 380 lots, tous en rapport avec l’Europe littéraire du XIXe siècle. 

 

(Matthieu Riegler, CC BY 3.0)

 

 

Les enchères de décembre dernier avaient de loin dépassé les prédictions des experts. Après la vente de 182 pièces d’exception, les enchères avaient rapporté près de 12 millions €, frais inclus. Quelques manuscrits rares, à l’image du manuscrit de 1869 L’Éducation sentimentale du Flaubert, qui a été remporté pour 470.000 €, ou encore un dessin encre et aquarelle de Victor Hugo (180x220 mm, qui symbolisait une tour gothique en ruine, avec quelques murs et des arbres, le tout rehaussé d’or et de gouache) fut adjugé pour 400.000 € alors qu’il était estimé entre 50 et 80.000 €.

 

« Il faut savoir se débarrasser des choses », assurait alors Pierre Bergé auprès de l’AFP, quelque temps avant la vente du 15 décembre 2015. 

 

Pour la deuxième fois, l’homme d’affaires Pierre Bergé se résout donc à se séparer d’une autre partie de sa collection personnelle. Le catalogue des 8 et 9 novembre prochain sera divisé en quatre chapitres : Les précurseurs (préromantiques, romans noirs, marquis de Sade) ; Les Romantiques ; Gustave Flaubert (l’écrivain de prédilection de Pierre Bergé) ; Les Modernes : de Charles Baudelaire à Émile Zola. Les œuvres proposées aux enchères seront d’ailleurs exposées à Bruxelles du 14 au 16 octobre, puis à Londres du 27 au 30 octobre et enfin à Paris du 4 au 7 novembre 2016.

 

Parmi les œuvres mises en vente, les acheteurs pourront donc retrouver le manuscrit autographe du marquis de Sade Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, le manuscrit autographe de Gustave Flaubert Par les champs et les grèves, mais aussi celui de Stéphane Mallarmé Noces d’Hérodiade, ainsi que l’exemplaire Promenades dans Rome, de Stendhal. 

 

Les acteurs de la vie intellectuelle et artistique du XIXe siècle seront quant à eux représentés par Balzac, Nerval, Hugo, Baudelaire, Musset ou encore Verlaine. 

 

« Une telle collection, c’est en quelque sorte une autobiographie, elle reflète mes choix, mes goûts, s’affranchit de tout passage obligé, reflète toutes les cultures du monde », expliquait Pierre Bergé à Les Échos en août dernier. Conscient de son âge, Pierre Berger motivait sa démarche par le partage. « J’ai 85 ans et je n’ai pas d’héritier. Dans mon testament, j’avais prévu d’en léguer le produit à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent », déclarait-il.