Enchères : Un livre d'Heures confisqués aux Rothschild par les nazis

Nicolas Gary - 07.12.2013

Patrimoine et éducation - A l'international - liver d'heures - famille Rothschild - occupation nazie


C'est un ouvrage serti d'illustrations magnifiques, un livre d'heures rares, appelé Rothschild Prayerbook par les Américains. Il fut réalisé en 1505 à Gand, ou Bruges, et vendu à un collectionneur privé en 1999 pour 13,4 millions $. Et le 29 janvier 2014, il passera aux enchères, chez Christie New York, après un véritable tour du monde, depuis Moscou jusqu'à Hong Kong. 

 

 

 

 

À l'exception du Codex Leicester que Bill Gates avait acheté 30 millions $, ce livre de prières pourrait devenir le plus cher au monde. Il est aujourd'hui estimé entre 12 et 18 millions $. Avec 67 miniatures en pleine page, présentant des scènes de la Bible, aux couleurs étincelantes, et de riches illustrations portant sur des scènes de la vie paysannes, le livre est une véritable merveille.

 

L'artiste flamand Gerard David participa à la création de certaines miniatures, ainsi qu'Alexandre et Simon Bening, père et fils. La majeure partie provient cependant de Gerard Horenbout, peint à la cour de Marguerite d'Autriche, régente des Pays-Bas. Ce dernier parti pour l'Angleterre, afin de mettre son talent au service d'Henri VIII, avec son fils Lucas et sa fille Susanna. 

 

Pour Nicolas Hall, responsable des ouvrages anciens et président international pour les travaux de Grands Maîtres, le manuscrit incarne « l'un des exemples les plus prestigieux et exquis de l'enluminure flamande ». Et l'histoire, même de sa transmission est un cours de l'Histoire du XXe siècle : appartenant à la dynastie bancaire des Rothschild, à Vienne, il faut saisi par les nazis, en 1938, après l'expropriation de la famille. 

 

Lors de l'invasion de l'Autriche, le premier geste des troupes nazies fut de confisquer les collections des Rothschild, et de les affecter aux réserves personnelles d'Hitler, explique Anne Webber, fondatrice et coprésidente de la Commission for Lotted Art en Europe. Les Alliés, après la Libération finirent par remettre la main sur les oeuvres : elles étaient entreposées dans l'une des mines de sel d'Altaussee, en Autriche. Et comme la famille Rotschild n'est jamais revenue à Vienne - leurs appartements avaient été réquisitionnés par la Gestapo - le retour de leurs biens fut plus compliqué que prévu.

 

 

<

>

 

 

En effet, le gouvernement autrichien obligea la famille à céder un tiers de sa collection. Il n'accepta de restituer, qu'en 1999, quelques 250 oeuvres, qui avaient été stockées dans les musées du pays. C'est alors que la famille, retrouvant ces pièces - tableaux de maître, anciens meubles, tapis rares, instruments scientifiques, et objets décoratifs - décida d'en mettre en vente quelques-unes à Londres, chez Christie, en 1999. L'estimation haute était alors de 4,9 millions $, et il partit pour 13,3 millions $, un record pour un manuscrit enluminé...

 

La vente sera dans tous les cas très suivie...

 

via Independent