Enseignement supérieur : La grève du 11 septembre, poursuivie le 18

Clément Solym - 10.09.2008

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - grève - septembre - Enseigement


Une intersyndicale a massivement dénoncé les conditions déplorables touchant actuellement - et depuis un moment déjà - la Recherche et l'Enseignement supérieur, et en a profité pour confirmer et appeler au rassemblement pour la grève du 11 septembre.

Au rang des mécontents, on trouve : Snesup-FSU, SNCS-FSU, Snasub-FSU, Snep-FSU, Snetap-FSU, SNTRS-CGT, Ferc Sup-CGT, CGT-Inra, Ugict-CGT, SNPTES-Unsa, SGEN-Recherche EPST, SNPREES-FO, SUD-Education, SLR, SLU et l'Unef. Rien que ça...

Cet « affaiblissement de la fonction publique » va se concrétiser par la suppression de « 900 emplois dans l'Enseignement supérieur et la Recherche ». Intolérable selon l'intersyndicale, qui aspira à « l'ouverture de véritables négociations avec le gouvernement sur la création de postes de titulaires, et de vrais contrats de travail pour tous les doctorants ».

Rebelote le 18 septembre

Mais suite à ces mouvements syndicaux, et pour témoigner de leur refus des suppressions annoncées, un second préavis de grève a été posé pour le 18 septembre. Avec plus de 71.000 enseignants titulaires, le secteur de l'Enseignement supérieur perdrait, comme le font remarquer 1,26 % des effectifs, si 900 emplois disparaissent. Si demain « il n'y a pas d'appel à la grève au niveau national, mais il y pourra y avoir possibilités de grèves locales », le 18 on veut « dénoncer le simulacre de concertation entre le gouvernement et les syndicats, tel qu'il est organisé par le ministère ».

Une réunion entre syndicats et ministère sera également à l'ordre du jour, pour « l'ouverture de réelles négociations sur les statuts, l'emploi et les carrières ».