Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Etude : les étudiants obligés d'acheter un manuel pour passer l'examen

Clément Solym - 07.08.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - université Italie - manuels scolaires - achat examen


Les manuels scolaires représentent un enjeu de choix, pour les professeurs universitaires. Toujours peu ou prou auteurs de livres sur des sujets dont ils enseignent la matière, justement, ils sont prescripteurs de fait. Mais peut-être au détriment des élèves - et manifestement, en marge de la légalité. Une enquête menée en Italie, fait le jour sur une vilaine tendance. 

 

Exams Display

The Wolf Law

 

 

Si pour passer et réussir un examen, il était impératif d'avoir acheté un ouvrage spécifique, parlerait-on de pratiques frauduleuses ? Conseillant des achats auprès de leurs étudiants, les universitaires passeraient outre le bon sens, et forceraient presque leurs élèves à acheter des titres, avec un message à peine voilé. Dans une étude menée par Skuola.net, sur un échantillon de 1200 étudiants, il semble bien que les professeurs n'aient peur de rien.

 

Ils sont 25 % à reconnaître ne jamais comprendre cette tendance, et 1 sur 3 admet qu'il a entendu parler de cette pratique. Plus encore : 1 sur 4 a effectué des photocopies et des résumés à partir de l'ouvrage que l'enseignant avait presque imposé. 

 

Pourtant, 60 % des élèves admettent qu'ils ont obtenu l'autorisation d'effectuer leur examen seulement avec les photocopies et les résumés du livre. Avec un obstacle fort à affronter : le regard réprobateur de l'enseignant, pas content du tout. Pour 2 sur 5, la punition a été sévère : 12 % se sont vu refuser l'accès à l'examen, tandis que 1 sur 3 a été prié de quitter la salle et de revenir pour le prochain examen, avec le livre.  

 

La pratique, académiquement acceptée, ne serait pourtant pas légitime du tout. Un enseignant de l'université de Rome explique qu'aucun de ses confrères ne peut s'attendre à ce que les étudiants achètent un manuel - surtout imposé de cette manière. « Ce qui importe réellement, c'est que l'étudiant arrive préparé à l'examen »,  et qu'importe qu'il ait préparé directement avec le livre ou des photocopies. 

 

Les livres devraient d'ailleurs être disponibles dans les bibliothèques universitaires, et les étudiants peuvent s'y rendre pour étudier. À condition de s'assurer de la légalité du photocopiage, en réalisant cela dans des boutiques qui reversent une partie de la facture des photocopies aux auteurs, pour leur rémunération. (via La Stampa)