Etudiants et enseignants, encore rétifs sur les manuels numériques

Victor De Sepausy - 12.06.2013

Patrimoine et éducation - manuels numériques - taux d'adoption - enseignants


La France vient de sortir d'une vague de discussions parlementaires, avant l'adoption du projet de loi portant sur une nouvelle école. Au sein de ce vaste chantier, des questions numériques essentielles, évidemment. En parallèle, une étude réalisée par Bowker, portant sur la relation entre étudiants et enseignants, montre que la bascule n'est pas encore réalisée.

 

 

Probability and Measure

John-Morgan, CC BY 2.0

 

 

Alors que les éditeurs semblent porter l'accent, outre-Atlantique, de plus en plus sur la conception de manuels scolaires numériques, seuls 3 % des étudiants en ont utilisés un au cours du dernier trimestre. Cela représente une diminution de 4 % par rapport au dernier trimestre de l'année 2012. La grande majorité d'entre eux préfère encore l'imprimé, note-t-on. 

 

La moitié des 1540 élèves du supérieur qui ont répondu aux questions assurent qu'ils aiment souligner et prendre des notes dans leurs manuels et un tiers rappelle qu'il n'est pas possible de les revendre. Autant de raisons qui les poussent à choisir encore la chose imprimée. 

 

Pourtant, Carl Kulo, directeur des études de marché chez Bowker, souligne que le prix et les fonctionnalités restent les éléments les plus attractifs pour le manuel scolaire numérique. « Les élèves ne résistent pas au numérique. Il est extrêmement important dans leur vie quotidienne. Mais ils considèrent que les manuels imprimés représentent un meilleur apprentissage et une contre-valeur monétaire. »

 

Au cours des deux dernières années, 31 % des élèves ont essayé les manuels scolaires numériques, contre 28 % durant le précédent trimestre. Et près d'un quart de ceux qui s'y sont frottés le préfère alors aux versions papier. Pour eux, les atouts les plus évidents sont la tarification, les fonctionnalités de recherche dans le texte et la commodité de transport.

 

Toutefois, les manuels numériques ne sont qu'un élément dans l'apprentissage pour les élèves, qui souhaiteraient pour plus d'un quart d'entre eux, que l'on mette en place des systèmes de gestion complète pour les cours - ebook, tableaux numériques, cours en ligne, etc. 

  

 

<

>

 

 

Du côté des enseignants, c'est autre chose : seule la moitié des professeurs interrogés ont opté pour un manuel numérique à l'occasion d'un cours. « Les professeurs sont susceptibles d'intégrer le numérique dans leurs cours, mais pas nécessairement des manuels numériques. » Une forme d'inertie qui ralentit le marché, et son développement. « Nous pensons que ce sont les éditeurs et les autres sociétés reposant sur des technologies pédagogiques, qui conduiront le la transition vers le numérique », ajoute-t-il. 

 

Cependant, les délais à prendre en compte montrent que l'on aura encore deux à cinq ans à patienter avant que cette bascule ne s'opère. Et surtout, que l'on dispose d'un parc d'étudiants suffisamment équipés en appareils de lecture pour assurer une meilleure pénétration.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.