Eurovision 2008 : l'anglais 'c'est nul' selon M. Gonnot ?

Clément Solym - 15.04.2008

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Sébastien - Tellier - Eurovision


Dans les débats de midi qui ont cours sur France Info, Bruno Berberes chef de la délégation française à l'Eurovision s'est trouvé en mesure de répondre au député Gonnot, auteur de la polémique tournant autour de Sébastien Tellier et de sa chanson en anglais...

Rétorquant qu'au cours d'autres éditions de l'Eurovision, notamment en 2001, où Natacha Saint Pier chanta « un bon tiers de sa chanson en anglait », Berberes tente de faire entendre raison au député. « Manquer une occasion comme ça, c'est nul », rétorque celui-ci.


Mais c'est le choix de l'inviter « pour qu'il chante en anglais » que déplore avant tout M. Gonnot. D'autant que « France 3 a l'obligation de défendre [...] la francophonie », rappelle-t-il. Et d'ajouter que tout le noeud du problème réside dans la représentation du pays et de la France durant une telle manifestation.

Or, Sébastien représenterait une forme de courant musical français, selon M. Berberes. Mais M. Gonnot dévoile finalement le fond de sa pensée, ce qu'il qualifiera de « discours de renoncement ». Que des pays dont la langue est minoritaire (« Qui parle grec, mis à part les Grecs » interroge-t-il) choisissent une langue comme l'anglais lui paraît tout à fait compréhensible, mais le français a une responsabilité.

Toute la popularité de l'Eurovision, dont le député s'inquiète pourrait voir selon lui d'un mauvais oeil et surtout ne pas comprendre qu'un artiste français chante en anglais. La réputation de la France est donc en jeu.

Bref... pétard mouillé.