Évaluations des CM2 : la polémique gonfle

Clément Solym - 18.01.2011

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - chatel - evaluations - eleves


La campagne des tests lancée hier dans les classes de CM2 n'en finit pas de susciter les critiques, la polémique et les réactions un peu désemparées du ministre de l'Édification nationale. Et pour cause.

C'est un marronnier, gros comme une pastèque : depuis maintenant trois ans, une partie des enseignants et des parents protestent, tandis que le ministère jugule l'hémorragie. Mais cette année, avec la diffusion sur Internet des sujets, on passe un cap.


Des parents proches de la rédaction avouent toutefois ne pas savoir à quel saint se vouer. Si d'un côté certains enseignants ont joué le jeu de la préparation, nous explique-t-on, reste que les parents n'y voient pas trop l'intérêt, redoutant que justement, elles ne servent à noter les établissements.

« Ce ne serait pas vraiment en accord avec les intentions républicaines, que de permettre de savoir officiellement et de déterminer de la sorte les établissements où les élèves sont les meilleurs ou les pires. En fait, je me mets à la place des instits, et je me dis que ça ne doit pas être confortable du tout... », nous précise Virginie.

Même du côté des enseignants, on hésite : plusieurs d'entre eux ont contacté la rédaction pour faire part de leurs questionnements. D'accord pour noter les élèves, mais c'est le cas toute l'année. Pourquoi en rajouter une couche avec ces évaluations nationales ?

Et surtout pourquoi en milieu d'année ? Une évaluation diagnostique a du sens en tout début d'année pour que chaque enseignant prenne la mesure des connaissances et lacunes des élèves. Quant à une évaluation sommative, intervenant après une longue période d'enseignement, elle aurait un sens...mais seulement en fin d'année pour mesurer le chemin parcouru.

Luc Chatel avait hier condamné l'incitation à tricher, du fait de la publication en ligne des tests, sur le site Evaluator. Mais parmi les parents, certains ont décidé de vérifier tout simplement... si leur enfant était en mesure de les passer, ces fameuses évaluations.

Dans un commentaire, un papa renchérit :
Alors à quoi elle sert, cette évaluation ? À identifier les lacunes des élèves ? D'accord, c'est une idée louable, alors il faut la mettre le plus tôt possible dans l'année scolaire.
À évaluer le niveau de nos CM2 ? OK, l'idée est bonne également, mais au moins qu'ils aient vu tout le programme, donc ça reporte en juin...

Difficile de faire rendre deux services à une même opération dont la réussite supposerait qu'elle soit programmée à deux moments très distincts de l'année.

En attendant, je ne ferai pas bachoter ma fille, mais je refuserai que ses résultats sortent du strict cadre de la classe. Au moins, ça servira à identifier ses éventuelles lacunes.
Une manière de plus de rendre compte du flou qui règne...