Il est toujours exceptionnel de voir surgir sur le marché les archives d’un grand écrivain. Le 24 mai prochain chez Sotheby’s à Paris sera vendue la collection de Marie-Claude Mante, petite-nièce de Marcel Proust et fille de l’unique nièce de l’écrivain, Suzy. Véritable événement littéraire, les amateurs et bibliophiles sont invités à découvrir sous un jour nouveau le travail de Proust, à travers environ 70 lots de manuscrits littéraires, lettres ou livres avec envois.



Lot 183 - Correspondance entre Gaston Gallimard et Marcel Proust - Lettres retraçant l’histoire de la publication de la Recherche, entre 1912 et 1922 - Est. 100.000 – 150.000 € © Sotheby's

 


La collection de Marie-Claude Mante présente le travail d’écriture de Marcel Proust, écrivain et traducteur, sous un jour inédit.

L’un des lots les plus attendus est un important ensemble de 138 lettres de Gaston Gallimard à Marcel Proust (illustration supra). Ces lettres de l’un des éditeurs les plus importants du XXe siècle à l’un des romanciers les plus grands de la littérature française permettent, presque au jour le jour et pendant une dizaine d’années, de comprendre la stratégie éditoriale de Gallimard, et la publication d' À la recherche du temps perdu. Proust conserva soigneusement les lettres de Gaston Gallimard, qui nous le montrent dans l’exercice quotidien de son métier d’éditeur, et ayant toujours à cœur de satisfaire Proust.
 

“J’ai pour [votre œuvre], comme pour vous, une affection jalouse : exigez donc de moi, brutalement, ce que vous voulez et je m’emploierai de toutes mes forces à ne jamais vous décevoir”
Gaston Gallimard


La collection comporte aussi un rare brouillon d’un passage de Du côté de chez Swann ; il s’agit de l’un des derniers brouillons du roman encore en mains privées, le reste étant conservé à la Bibliothèque nationale de France. Intitulé « Les Sources du Loir à Illiers » (lot 160, estimation : 30.000 – 50.000 €), ce manuscrit préfigure l’un des plus beaux passages de Swann : la promenade que le jeune héros de la Recherche effectuera les jours de beau temps, vers le côté de Guermantes, le long du Loir devenu Vivonne, quand il ne va pas, quand le ciel est menaçant, du côté de chez Swann.


Lot 160 - Marcel Proust, Les Sources Du Loir À Illiers - Manuscrit, probablement Vers 1907-1908. Important brouillon de Du Côté de Chez Swann - 4 p. in-4 (309 x 202 mm), sur un bifeuillet - Est. 30.000 – 50.000 € © Sotheby's

 


Deux exceptionnels placards inédits, dont l’un est totalement manuscrit, pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs, ont un grand intérêt pour la compréhension du roman. Raturé et corrigé, d’une graphie spontanée, ce placard restitue l’écriture de l’auteur dans son jaillissement même, avec tous ses repentirs successifs.

Après la publication de Du côté de chez Swann en 1913, Grasset avait commencé, en 1914, celle d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, mais la guerre retarda la publication. Marcel Proust en profita alors pour reprendre son texte : travaillant à partir des épreuves imprimées, il le corrigea et l’augmenta considérablement. À l’ombre des jeunes filles en fleurs fut couronné par le Prix Goncourt et, Marcel Proust ne tarda pas à lancer l’idée, peut-être pour des raisons financières, d’une édition de luxe du roman (lots 181 et 182, estimations : 15.000–20.000 € et 10.000–15.000 €).
 

Parmi la sélection de cette croorespondance, se distingue un ensemble de dix lettres de Proust à Reynaldo Hahn, premier grand amour de l’auteur et compositeur prisé des salons parisiens. Rapidement, leur relation devient passionnée, et Marcel Proust va jusqu’à le faire apparaître dans Jean Santeuil : « Je veux que vous y soyez tout le temps », lui écrit Proust dans une lettre autographe, fin mars 1896, « mais comme un dieu déguisé qu’aucun mortel ne reconnait » (lot 142, estimation : 7.000 - 10.000 €).
 

Dans un amusant dessin à la plume, Marcel Proust réalise aussi un portrait de Reynaldo Hahn (lot 156, estimation : 7.000 – 10.000 €). Le compositeur est également présent dans l’exemplaire des Plaisirs et Les Jours qu’il dédicace à Pierre Loti (lot 144, estimation : 8.000 –12.000 €).

Les lettres de Reynaldo Hahn à Proust sont très rares : neuf de celles que Proust a conservées sont présentées dans cette collection (lot 141, estimation : 10.000 – 15.000 €).
 

L’amitié ou l’admiration se perçoivent également dans les 17 livres dédicacés à Marcel Proust. Robert de Montesquiou, Maurice Maeterlinck, Léon Daudet mais aussi, de manière plus surprenante, les écrivains de la jeune génération : les surréalistes André Breton et Philippe Soupault lui dédicacent leurs Champs Magnétiques (lot 186, estimation : 10.000 – 15.000 €) et Blaise Cendrars Du monde entier (lot 184, estimation : 3.000 – 5.000 €).
 


Eschemann, Jean-Bernard - Marcel Proust sur son lit de mort - Mine de plomb (162 x 222 mm). Signé et daté "J.B. Eschemann / 19 novembre 1922". Encadrement de bois doré. © Sotheby's



La collection se clôt sur un émouvant dessin inédit de Jean-Bernard Eschemann représentant Marcel Proust sur son lit de mort (lot 196, estimation : 1.000 – 1.500 €). De nombreux artistes, comme Man Ray, se sont succédé au chevet de sa dépouille, témoignant jusqu’au bout de l’admiration que lui portaient ses contemporains.
 

Conçu comme un ouvrage de référence, le catalogue, préfacé par Jean-Yves Tadié, abondamment documenté et illustré, présente tous les lots par ordre chronologique : il est une véritable biographie de l’écrivain.

 

Vente le 24 mai 2018
Exposition les 18, 21, 22 et 23 mai.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.