Faut pas prendre les gens pour des émoticônes, mais pas oublier qu'ils le sont

Victor De Sepausy - 08.10.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - emojis vocabulaire - vocabulaire expression langage - internet emoticones


Personne, ou presque, ne se souvient qu’originellement, la lettre A était en réalité à l’envers, représentant un museau de bœuf, et que l’alphabet était un ensemble de dessins. Parti du hiéroglyphe égyptien, pour accéder au proto-sinaïtique avant l’alphabet égyptien, nos lettres sont avant tout des symboles dérivés de représentations. Alors, quid des émojis ?

Emoji
Thomas, CC BY SA 2.0


Bien entendu, entre l’évolution qu’a connu la lettre A, depuis ses débuts en 3500 av. J.-C., et bien plus loin encore, si l’on remonte aux hiéroglyphes (6e millénaire avant notre ère), et les émojis qui animent nos écrans, plusieurs mondes s’interposent. Pourtant, le chercheur avisé, avant de considérer qu’il y a là une régression de l’expression, aura envie de s’interroger.

Et ensuite, pourquoi pas, de conclure à une belle régression.


retrouver l'histoire sur Wikipedia

 
Soutenu par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, le podcast Parler comme jamais vient de consacrer une émission à la place des émojis, dans notre langage. Pour évoquer le sujet, Maria Candéa, enseignante-chercheuse à l’université de Paris 3 et co-autrice de Le français est à nous ! (éd. La Découverte, 2019), était conviée au micro. 
 

Une frimousse, sans faux col


L’émission, Emoji a dit ¯\_(ツ)_/¯ se consacre donc aux évolutions du langage et plus spécifiquement à ces changements qu’opère internet dans nos modes de communications. C’est que l’on a sacrément fait évoluer la palette des outils à disposition, commencée avec le célèbre :-) attribué à Harvey Ball. Rappelons d’ailleurs qu’en bon français on ne devrait pas parler de smiley, mais de frimousse

L’origine même de ce visage souriant pourrait d’ailleurs être attribuée au poète Robert Herrick, qui en 1648 produisait quelques vers en introduisant deux points, suivis d’une parenthèse, :), soit la forme plus concise du :-)

Entre les deux, Vladimir Nabokov lui-même avait osé le :-), répondant à une interview, considérant qu’il s’agirait là d’un signe de ponctuation complexe, pour indiquer une plaisanterie à l’écrit.
 

Nourrir de sombres dessins ?


Sauf qu’on ne plaisante plus vraiment avec la multitude d’émoticônes qui peuplent la toile : les visages hilares ou gémissants ont laissé place à une foule d’objets, de personnages, de bâtiments ou encore de créatures plus ou moins recommandables. Et si les mots ont un sens, les dessins n'en manquent pas.

À ce titre, si j’aligne un émoticône couteau suivi d’une licorne, suis-je réellement en train d’appeler à un génocide d’animaux fantastiques ? Et un thuriféraire associé à un canapé et une maison, représentent-ils une invitation à fumer des spliffs à domicile ?

La question se pose réellement, et les appareils judiciaires de France ou des États-Unis s’interrogent désormais avec sérieux. Raison de plus pour fermer les yeux, et écouter avec attention le podcast réalisé par Binge.
 



Commentaires
Aïe...

qu’à connu...

le poète a produit des verres...

émoticônes...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.