Filippetti et Fabius, en première ligne pour l'exception culturelle

Antoine Oury - 15.07.2013

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Aurélie Filippetti - Laurent Fabius - exception culturelle


Les ministres passent en mode offensif : s'affichant aux côtés de ses collègues (Geneviève Fioraso, puis Michel Sapin) depuis plusieurs jours, la ministre de la Culture fait acte de cohésion, et rappelle cette fois son attachement à l'exception culturelle, avec Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères. Dans une tribune publiée par Le Figaro, ils appellent à être « offensifs » en matière de culture.

 


IMG_3878

Fondapol - Fondation pour l'innovation politique, CC BY-SA 2.0

 

 

« Rien de grand ne s'est accompli en France sans culture » annonce Laurent Fabius pour ouvrir cette tribune à deux voix, dans laquelle les ministres rappellent l'importance de l'exception culturelle. Bien entendu, personne ne s'y trompera, le texte arrive à point pendant les négociations avec les Etats-Unis sur les accords de libre-échange qui pourraient impacter sur le secteur culturel.

Il est donc essentiel de défendre l'exception culturelle, notamment dans les négociations commerciales avec les États-Unis. Il s'agit de protéger la diversité culturelle et d'assurer à notre culture les moyens de rayonner. Nous voulons la faire dialoguer et résonner avec d'autres, conjuguer sa promotion et l'hospitalité aux autres, car une culture est d'autant plus forte qu'elle sait se nourrir des apports extérieurs.

écrivent les ministres dans un article réservé aux abonnés du Figaro.

 

Aurélie Filippetti réserve la première place de sa vision culturelle à la francophonie : parlé par 220 millions de personnes dans le monde, le français devrait bientôt concerner 700 millions de personnes, dont une majorité scolarisée dans les établissements d'enseignement de l'étranger. 

 

À ce titre, les ministres ont un mot pour la circulaire Guéant, qui restreignait les possibilités d'accès à l'emploi en France pour les étudiants étrangers, et que le gouvernement Hollande a abrogé peu après l'élection en mai 2012 : « Une circulaire inopportune avait écorné l'image de la France à laquelle nous sommes attachés et son abolition fut à juste titre un des premiers gestes du nouveau gouvernement. La France est ouverte aux étudiants étrangers pour apprendre et pour travailler professionnellement. »

 

Estimant à 5 % la part de la culture dans les exportations de l'hexagone, Aurélie Filippetti place le livre en tête, « première industrie culturelle en France », et annonce des efforts dans le domaine numérique. « Grâce à cet outil et à sa force de pénétration, nous pouvons atteindre de nouveaux publics. Nous allons donc développer l'offre française de formation en ligne et, dans le domaine audiovisuel, proposer des chaînes thématiques sur Internet », explique la ministre, quelques jours après l'annonce d'une filière d'édition numérique pédagogique par Vincent Peillon.

 

Outre les négociations avec les Etats-Unis, les deux ministres font référence à une autre puissance étrangère : « Nous devons être en mesure de mettre à profit et d'accompagner le développement rapide de nombreux pays en Asie, en Amérique latine et en Afrique, où les nouvelles classes moyennes s'ouvrent aux produits culturels. La concurrence est rude - les pays émergents, notamment la Chine, investissent massivement dans le rayonnement culturel, nous en tirons la leçon qu'il faut être offensifs. »




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.