Filippetti et Fioraso signent la convention 'Université, lieu de culture'

Cécile Mazin - 12.07.2013

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Aurélie Filippetti - Geneviève Fioraso - convention-cadre


Les ministres de la Culture et de la Communication, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Aurélie FIlippetti et Geneviève Fioraso, ont toutes deux signé, en Avignon, une convention-cadre avec la Conférence des présidents d'université. Université, lieu de Culture

« institue une collaboration innovante » entre les différents acteurs impliqués, « tant au niveau national que local ».

  

 Avignon - Papstpalast


Avignon, par abrocke CC BY-SA 2.0

 

 

Cet accord se développe autour de trois axes mis en avant par les signataires :

 

  • d'intensifier les pratiques culturelles et artistiques des étudiants et des communautés universitaires,
  • de valoriser davantage le patrimoine architectural, scientifique, culturel et linguistique des universités,
  • de renforcer la rencontre entre l'université et la création artistique, notamment sur les nouvelles pratiques liées au numérique, de dynamiser les partenariats avec les institutions artistiques et culturelles et de renforcer les échanges entre les universités et leur environnement, de manière à en faire des lieux de culture ouverts sur la cité

 

Le projet, comme l'a déjà plusieurs fois exposé la ministre, est bien de rapprocher les lieux pédagogiques de l'accès à la culture. On se souviendra qu'Aurélie FIlippetti a plusieurs fois revendiqué une présence de l'éducation artistique et culturelle au sein de l'Education nationale. Son intention est de mettre en place un parcours qui accompagne les élèves depuis les plus jeunes classes, jusqu'à la terminale. Désormais, cette idée sera poursuivie dans les campus. 

 

La convention propose ainsi de valoriser les universités comme « de hauts lieux de transmission, de diffusion, de création culturelle et artistique et d'expérimentation de formes nouvelles qui contribuent au rayonnement national et international de la France ». Les ministres souhaitent ainsi « favoriser l'accès du plus grand nombre à la culture », alors que vient d'être adoptée la loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche, de justesse, ce 3 juillet. 

 

Et les ministres, dans un communiqué, de souligner que « la culture contribue à réduire les inégalités ainsi qu'à la réussite et à l'épanouissement de chacun dans ses projets académiques, professionnels et personnels ». 

 

En décembre 2010, la ministre de la Culture avait suggéré la création d'un pack culturel, pour les étudiants : « L'idée, c'est d'offrir un portail numérique aux étudiants qui leur donne accès à un catalogue très large d'oeuvres. Ce droit serait ouvert dès lors que les étudiants sont inscrits, au même titre que l'accès à la bibliothèque. »  

La jeunesse et la démocratisation de l'accès à la culture sont les priorités du parti socialiste, et il est insupportable de constater que la France est l'un des pays au monde où les privilèges de naissance se transmettent avec le plus de constance, et même se creusent, notamment en matière culturelle.

Grâce au numérique, nous pouvons faire avancer la démocratisation culturelle.

Aujourd'hui, le budget moyen que peut consacrer à la culture un étudiant est de 5 € par mois. Or, la paupérisation financière est la pire des barrières culturelles.

 

Un projet dont on n'a plus trop entendu parler, alors qu'il s'inscrirait très bien dans le cadre de cette convention...