Fini les iPads gratuits pour les élèves, Los Angeles revient aux portables

Nicolas Gary - 01.07.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - écoles iPads - tablettes écoles - Los Angeles portables


Los Angeles avait décidé d'équiper ses élèves en iPad, mais ces derniers se sont montrés un peu trop futés : plutôt que de se contenter des manuels scolaires qu'on leur fournissait, ils se sont lancés sur Twitter, Facebook, et tout ce qui pouvait les divertir. Alors, le district scolaire de Los Angeles a viré de bord : finis les iPads gratuits, on revient aux ordinateurs portables.

 

 

student_ipad_school - 175

flickingerbrad, CC BY 2.0

 

 

À partir de l'automne, Chromebooks, Surface Pro et autres Yoga tactiles feront partie du quotidien des élèves et des enseignants. Le projet de Monica Ratliff, membre de la commission scolaire, s'explique : « L'avantage de la nouvelle orientation est clair. Pourquoi devrions-nous traiter tous nos élèves - qu'il s'agisse de ceux de première année ou des jeunes étudiants - comme s'ils avaient tous les mêmes besoins en matière de technologie ? Ce n'est pas le cas ! »

 

Six modèles d'ordinateurs seront donc proposés pour 27 écoles publiques, avec un coût chiffré à 40 millions $ maximum. Avec la nécessité pour les éditeurs de réviser les investissements faits pour alimenter en contenu pédagogique les nouvelles machines. 

 

Tout cela sans oublier que l'idée d'équiper en iPads les élèves devait permettre de réaliser des économies d'échelle - un argument qui n'avait pas vraiment convaincu. Et le scepticisme avait grandi en constatant que les élèves s'étaient rués sur le Web, alors que, dans le même temps, l'équipement était retardé, par rapport à ce qu'imposait le planning. Et après plusieurs mois d'expérimentations, note-t-on, il est encore difficile d'évaluer les résultats réels de ce programme.

 

Le retour aux ordinateurs portables, dont certains sont des modèles hybrides, tablette et clavier que l'on peut séparer, marque dans tous les cas, un certain retour en arrière. Après l'enthousiasme, la redescente ?

 

(via Los Angeles Times)