Fleurs d'encre, manuel scolaire pour collégiens, cite un auteur islamiste

Fasseur Barbara - 13.07.2018

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Manuel Scolaire Islam - Maurice Bucaille Fleurs d'encre - Collège Citation Bucaille


Fleurs d’encre, un manuel de français à destination d’élèves de sixième se trouve au cœur d’une polémique suite à l’observation d’un parent. En effet, la maison d’édition Hachette Éducation a fait preuve de maladresse quant au choix de la source à référencer pour la traduction de certains passages du Coran présents. C'est celle de Maurice Bucaille qui a été choisie.

 
 

 

Un des chapitres du manuel intitulés « Au Commencement du Monde » entend présenter aux élèves les différentes explications proposées par l’homme à la création du monde. Parmi celles-ci sont présentes les religions et leurs ouvrages fondamentaux que l’on sait très influents sur la littérature. Seulement voilà, quand arrive le Coran c’est l’ouvrage d’un auteur polémique qui est choisi comme référence de traduction.

Père d’une jeune élève en classe de sixième dans un collège public de la ville d’Arles, Olivier B. a découvert le pot au rose. Par nostalgie ou curiosité, c’est en feuilletant le manuel de français de sa fille qu’il est tombé sur une référence de traduction pour le moins étonnante à la page 187 qui est consacrée à l’Islam.

Plusieurs sourates du Coran y sont traduites en français. Ces citations sont proposées aux élèves comme point de départ d’une réflexion les poussant à analyser « quels éléments [leur] paraissent décrire la réalité ». Or les traductions choisies sont celle de La Bible, le Coran et la Science de Maurice Bucaille aux éditions Seghers publiées en 1976.

C’est un ouvrage de type concordiste très controversé dont les théories sont très appréciées des islamistes. Bucaille est en effet connu pour avoir réinterprété des passages du Coran pour démontrer que ce dernier contenait des déclarations prophétiques annonçant toutes les découvertes scientifiques des Hommes, chose que l’on ne retrouverait pas dans la Bible.

La maison Hachette éducation, contactée par Marianne, « plaide l’innocence » et explique que « l’extrait reproduit à la page 187 de Fleurs d’encre constitue simplement une traduction en français de sourates du Coran. » L’éditeur affirme également « ne pas être au courant du caractère polémique de l’ouvrage de Maurice Bucaille ».

Ancien médecin de la famille du roi Fayçal d’Arabie, Bucaille est une plume et une figure connue du monde musulman, mais beaucoup connue du grand public. Marianne développe le fait qu’il existe « dans son livre phare une thèse à même de séduire les islamistes de tout poil : selon lui, le Coran a anticipé toutes les découvertes scientifiques modernes et se trouve en conformité avec elles, tandis que la Bible chrétienne serait truffée d’erreurs flagrantes. »


Un nouvel antisémitisme en France,
“une faillite démocratique”


Contacté par le média, Hachette Éducation a finalement assuré que « la référence de la traduction serait modifiée à l'occasion de la prochaine réimpression de l'ouvrage ».



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.