Former les professeurs contre le harcèlement des élèves sur le net

Clément Solym - 01.02.2009

Patrimoine et éducation - A l'international - former - australie - professeurs


Les manifestations de violence entre élèves qui transitent par internet, appelées cyber-intimidation, ont fait, en Australie, « des progrès significatifs », mais dans le mauvais sens, au point que les enseignants peinent à freiner cette escalade.

Un rapport publié par l'Australian Clearinghouse for Youth Studies montre que désormais internet joue un rôle prépondérant dans la vie des élèves de primaire : 65 % des élèves de 5 à 14 ans utilisent le net durant les cours ou en dehors, principalement avec des courriels ou des logiciels de chat.

Mais le rapport révèle également que MySpace et Facebook sont utilisés dès l'âge de 5 ans et que l'on retrouve le plus souvent des cas de harcèlement et dénigrements en ligne via ces outils.

Incompréhension des générations et confiance

Il faut absolument que les enseignants se familiarisent avec ces instruments, pour mieux comprendre les comportements agressifs et cette nouvelle forme de violence. De même qu'une formation adaptée doit être mise en place. Selon les dernières recherches, un à trois élèves de 10 à 14 ans ont été victimes de harcèlement en ligne : cette situation présente un nouveau défi pour les professeurs.

« La majorité des élèves ne rapportera pas des cas de cyber-intimidation, ou d'incidents sur internet aux professeurs ou aux parents, s'ils considèrent que ces derniers ne comprennent pas cette technologie », explique Chris Webster, créateur du site cyberbullying.info. Ce site d'information propose des éléments destinés aux adultes pour mieux appréhender cette tendance.

D'autant que pour lui, il est dangereux d'affirmer que la cyber-intimidation se produit en dehors des heures d'écoles et en dehors des établissements. « Il est difficile d'affirmer que les écoles sont épargnées, quand de toute évidence, ce n'est pas le cas », explique-t-il au Sydney Morning Herald.