Frais d'inscription pour les DU à l'université Dauphine

Clément Solym - 04.02.2008

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - université - Dauphine - frais


Le 25 février prochain sera rendue la décision du conseil d'administration, la hausse des frais d'inscription que l'université Paris IX Dauphine souhaite faire passer pour la rentrée 2009. Et la levée de boucliers des intéressés fut immédiate à cette nouvelle : on passerait en effet de 350/400 € à 1650 pour les Diplômes universitaires... Sur 8.500 inscrits, 2.000 sont suivent actuellement un DU.

Un deal se profile, où deux formules d'enseignement serait proposées : un DU classique ou un ensemble diplôme national de 300 heures et DU de 15 heures.

Mais le problème selon Laurent. Batsch, qui a en charge ce dossier dans l'université, l'argent reste le nerf de la guerre. À l'heure actuelle, Dauphine dispense 500 heures, pour un DU, là où d'autres universités n'en offrent que 300. Elle aurait alors besoin de 6 milliards d'euros pour que son enseignement perdure. Et en dépit des 85 % de financement issu du Ministère de Valérie Pécresse, un manque évident apparaît.

Une ministre qui veille justement au grain, rappelant « qu'il est interdit d'imposer aux étudiants inscrits à un diplôme national de s'inscrire parallèlement à une formation complémentaire, entraînant des frais supplémentaires pour valider leurs diplômes ». Pour elle, « toute décision entachée d'illégalité sera immédiatement déférée devant le juge par le recteur ».

Heureusement que désormais les étudiants peuvent travailler directement dans l'université... Bien que jouissant d'une certaine marge de négociation, Dauphine risque de se heurter à des limites strictes et cette « contribution supplémentaire » ne sera pas vue d'un bon oeil...

Pour approfondir

Editeur :
Genre : enseignement
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782296034983

Collèges et lycées ; la réforme ou l'échec

Face au désarroi généralisé des membres de la communauté scolaire, André Allessandri propose une réforme profonde de l'enseignement du second degré. L'enseignement en France est malade, il souffre d'une crise de croissance, mais aussi d'un déficit de reconnaissance. Un enseignement public s'impose pour assurer à toutes et à tous le même accès au savoir.

J'achète ce livre grand format à 22.50 €