France BD 2020 “ne sera pas les miss France de la bande dessinée”

Camille Cado - 19.12.2019

Patrimoine et éducation - - 2020 année de la BD - précarité auteurs BD - Franck Riester année de la BD


Ce mercredi 18 décembre, le ministre de la Culture Franck Riester présentait pour la première fois les projets et objectifs pour l'année 2020, placée sous le signe de la bande dessinée. L'occasion de dévoiler l'affiche, réalisée par Joseph Falzon, mais aussi de donner la parole aux auteurs, scénaristes ou illustrateurs en présentant les marraines et parrains du projet, Catherine Meurisse, Florence Cestac, Jul et Régis Loisel.

ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Jul sera le seul parrain de l'année de la BD à avoir pris la parole rue de Valois. « Je parle au nom des autres, mais je pense que si nous avons tous accepté d'être les représentants d'un tel dispositif c'est que justement, l'année BD 2020 ne sera pas les miss France de la BD », introduit-il. « Il ne s'agit pas de faire des animations de supermarchés géants comme on l'a vu auparavant. »
 

Profiter d'une exposition pour parler


Non : plutôt l'occasion de se pencher réellement sur les difficultés socio-économiques qui entourent cet art, et d'aborder notamment la question du statut précaire de ses créateurs. A ce titre, il évoque un album, Désoeuvré de Lewis Trondheim, qui l'avait frappé par le réalisme avec lequel il racontait les angoisses d'un créateur de bandes dessinées, tombant peu à peu dans la dépression.

« C'est mon moment gilet jaune, mais je pense vraiment qu'il ne faut pas se désolidariser du mouvement de grève contre le projet de réforme du régime de retraite », affirme-t-il. « Cette année sera justement l'occasion de mettre toutes ces choses sur le tapis de manière plus visible » : sécurité sociale, statuts des artistes-auteurs... les sujets ne manquent pas.

« C'est pourquoi je me réjouis que le dispositif soit interministériel » lance-t-il, optimiste. Car difficile de croire qu'en ne mobilisant pas toutes les composantes du gouvernement, la crise économique et sociale soit définitivement réglée. Surtout qu'une lettre ouverte à Franck Riester et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a été communiquée, signée par 12 syndicats et organisations d’artistes-auteurs. Tenter de se faire entendre, une nouvelle fois...

Mettre en avant la bande dessinée mais aussi et surtout ses créateurs, une vocation que partage Joseph Falzon, auteur de l'affiche officielle de BD 2020. « Pour mon affiche, j'ai voulu représenter la création d'une bande dessinée, de A à Z, en partant de l'idée que la BD ce n'est pas juste un produit final, mais c'est un travail, un art, avec beaucoup d'étapes », explique-t-il.

ActuaLitté CC BY SA 2.0
 

« Je voulais montrer tous les à-côtés de la création : les remises en question, la fatigue, la gestion administrative, qui font partie du quotidien des créateurs. Je voulais montrer que la bande dessinée n'arrive pas toute seule dans les rayons des librairies, c'est le fruit d'un énorme travail de création, à l'heure où de nombreux auteurs, illustrateurs ou scénaristes ont du mal à vivre de leur création. C’était une manière de rendre hommage aux auteurs et autrices et de les remettre au centre du jeu. »
 

“Le 9e art, à la fois archisnob et ultrapopulaire, à l'image de la France”
 

Si pour le ministre de la Culture, cette année 2020 est le début de quelque chose de grand, « après cette année, plus rien ne sera comme avant pour le monde de la bande dessinée », Jul parle davantage de « la fin d'un processus d'institutionnalisation ».

Il évoque ainsi le long combat que la bande dessinée a su mener pour en arriver à une telle notoriété. Les expositions, dans les grandes institutions telles que le Louvre ou le Musée d'Orsay, qui ont contribué à rendre plus visible le genre. Mais aussi l'audiovisuel, qui puise massivement dans le creuset que représente la BD.

« Et puis, dans le domaine de la reconnaissance publique également. Aujourd'hui les auteurs, illustrateurs, scénaristes reçoivent des médailles, c'est assez nouveau », insiste-t-il, avant d'évoquer les nombreuses résidences qui existent aujourd'hui pour les créateurs de bandes dessinées. 

« La BD c'est un peu la dernière chose qui fait l'unité culturelle dans notre monde littéraire. » Ainsi, cette année sera l'opportunité de rassembler le monde du livre en général, mais aussi la France.
 


« Il n'y a plus beaucoup de choses en commun qui rassemblent les Français, mais la BD en fait partie. D'ailleurs c'est un art à la fois archisnob et ultrapopulaire, un peu une définition de la France en fait ! » déclare-t-il. « Et puis, je suis heureux de voir qu'aujourd'hui Riad Sattouf vend plus avec L'Arabe du futur qu'Éric Zemmour avec ses livres obsessionnels sur le futur de l'Arabe ! »
 

Derrière le strass et les paillettes


De son côté, le SNAC BD, présent à l’occasion de la conférence de presse, indique à ActuaLitté que l’intervention « tant de Jul que de Joseph Falzon, auteur de l’affiche, sont essentielles. Le premier est un auteur confirmé, le second est encore jeune dans le secteur : leurs témoignages conjugués montrent que la question économique est présente à tous les niveaux ».

En outre, sur les trois demandes expressément formulées par le syndicat, les réponses du ministère semblent arriver. « Nous souhaitions une étude sur les revenus des auteurs, à l’image du colossal travail réalisé pour les États généraux de la BD de 2015. Le ministre l’a entendu, en ciblant une approche plus précise peut-être. »

Autre point, l’aide à la création, pour les auteurs, sous la forme d’un soutien dans l’achat de matériel : ce point est en suspens pour l’heure, avec une possible résolution. 

« Et puis, au cours de cette année de la BD, la rémunération à la présence est un grand chantier. Surtout dans le cadre des rencontres estampillées officiellement année de la BD », poursuit le SNAC BD. Une concertation est en vue, d'après l'annonce du ministre. « Franck Riester a conscience de la situation des auteurs, c’est déjà appréciable — même si cela ne règle pas les multiples sujets d’inquiétude. »




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.