France : les entreprises forment, mais pas pour des diplômes

Clément Solym - 13.05.2008

Patrimoine et éducation - A l'international - entreprises - France - formation


Selon une enquête menée par le Céreq (Centre d'études et de recherches sur les qualifications) qui a été publiée fin avril, les entreprises françaises font partie dans toute l'Europe des plus portées sur la formation de leurs salariés. Cependant ces formations en France ne débouchent que rarement sur un diplôme.

Dernière pour l'obtention de diplômes

Elle se positionne en dernière position en ce qui concerne les formations visant l'obtention d'un diplôme. « En 2003, seul 1% des salariés français déclaraient avoir suivi dans l'année une telle formation ». En ce qui concerne les autres formations, 74% des entreprises en France indiquent avoir formé au moins un salarié durant l'année 2005, avec pour un employé sur deux une formation qui aura duré « en moyenne 28 heures ».

Les plus grosses dépenses pour la formation

Il faut noter aussi que nous faisons partie des pays où les dépenses des entreprises pour la formation continue sont les plus élevées par rapport à la masse salariale de celles-ci. L'enquête révèle en outre que la formation s'axe surtout sur des cours et des stages au détriment des autres façons de faire.

Un projet de loi ?

Au sujet de cet écart entre formations simples et formations visant l'obtention d'un diplôme, le Céreq explique que c'est « l'un des enjeux d'une nouvelle réforme de la formation professionnelle, après celle de 2003 ». D'ailleurs un projet de loi sur ce thème devrait voir le jour avant la fin de l'année selon le gouvernement.

Les grandes entreprises plus portées sur la formation

L'enquête démontre de plus, que les grandes entreprises comptants plus de 250 employés, sont celles qui s'investissent le plus dans la formation et ce sur toute l'Europe. Ainsi au niveau des petites et moyennes entreprises on trouve les plus grands écarts d'un pays à l'autre de l'Europe. Le Céreq en déduit donc qu'« Il apparaît donc avant tout indispensable de sensibiliser ces petites et moyennes entreprises, et de les inciter à recourir plus largement à la formation professionnelle continue ».